Six jours après le massacre de 148 personnes, étudiantes pour la plupart, par des djihadistes dans l’université de Garissa au Kenya, comment le pays panse-t-il ses plaies ? Réponse avec Christophe Châtelot, envoyé spécial du Monde à Garissa.

« Inquiétude et incompréhension » à Garissa… par lemondefr