La cérémonie de la pose de la première pierre de l’université Sine Saloum de Kaolack Cheikh Ibrahima Niasse dit Baye Niasse s’est tenue en présence du Premier ministre Mohammed Boun Abdallah Dionne et des anciens Premiers ministres Aminata Touré et Abdoul Mbaye. L’université entièrement financée par l’Etat du Sénégal pour un montant de 65 milliards de FCfa, va former, à travers 11 unités de formation et de recherches, 30.000 étudiants qui seront des ressources  humaines de qualité.

Cette cérémonie qui s’est tenue à Sing-Sing qui va abriter le rectorat de l’université Sine Saloum de Kaolack (Ussk) Cheikh Ibrahima Niasse a battu le record de mobilisation. Jeunes, femmes, hommes et personnes âgées ont effectué le déplacement pour honorer de leur présence la manifestation. Manifestation au cours de laquelle le maire Mariama Sarr a invité les populations des différentes localités de la zone d’implantation à s’approprier de cette université qui est à ses yeux d’une importance capitale de part sa vocation.  Prenant la parole, le Président Macky Sall a exprimé sa satisfaction et sa reconnaissance aux populations de Saloum qui lui ont réservé hier un accueil mémorable à Kaolack. « J’ai pu noter dans le visage radieux de ces dames et de cette jeunesse un espoir.  Je remercie tous les responsables politiques qui ont réussi également cette belle mobilisation », a indiqué le président Sall. Le chef de l’Etat a fait comprendre que la cérémonie de pose de première pierre de l’université résulte d’un choix réfléchi, volontaire. «Cette cérémonie revêt à mes yeux une importance particulière et constitue une belle occasion de partager avec vous notre vision d’un Sénégal émergent disposant d’un système d’enseignement supérieur de qualité. En effet, nous avons choisi, dans le cadre du Pse, de faire de la transformation culturelle de l’économie et de la promotion du capital humain, deux axes stratégiques de notre vision, en plus de la dimension gouvernance à l’horizon 2035 », a ajouté Macky Sall. Rassurant dans ce sens que l’Etat du Sénégal est convaincu de la nécessité d’améliorer la qualité et la contribution de l’agriculture et du système d’éducation, de formation et de recherche au développement économique et social, à travers des réformes participatives et inclusives.

Une université à vocation agricole
Le président a soutenu en outre que l’université, tout comme l’agriculture, constitue un moteur de la croissance inclusive, un enjeu de souveraineté nationale, sans compter que leur combinaison favorise la sécurité alimentaire en ce qu’elle garantit la formation d’une jeunesse compétente, prête pour l’émergence économique. La vocation première de l’université du Sine Saloum de Kaolack entièrement financé par l’Etat du Sénégal pour un montant de 65 milliards de FCfa, a-t-il fait savoir, est de former, à travers onze unités de formation et de recherches, 30.000 étudiants qui seront des ressources  humaines de qualité dédiées aux secteurs de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche, de l’écotourisme, au cadre de vie, à l’environnement et aux énergies renouvelables, sur toutes leurs chaînes de valeurs. Pour la particularité de cette université, le président a estimé : « Je parlerai d’une université multipolaire. Sa construction répond également à un impératif de décentralisation de l’enseignement supérieur sur la base d’une carte universitaire cohérente et diversifiée ». « Fondée sur l’équité avec la prise en charge des zones centre et Est du pays. Grands pourvoyeurs de bacheliers au Sénégal, les terroirs du Sine Saloum ne disposaient pas d’établissements d’enseignement supérieur. Grenier du Sénégal avec la Casamance naturelle et la Vallée du fleuve Sénégal, le bassin arachidier pourra enfin avoir une université d’excellence à vocation agricole », a-t-il renchéri.

Un éducateur émérite

La loi du devenir historique commande de tourner la page à chaque fois qu’un chapitre sur la vie d’une nation est clos. Cette même loi requiert l’impérieuse nécessité d’exhumer et de se ressouvenir des personnages qui ont su inscrire, indélébilement de par leurs actions et œuvres, le moment de leur passage sur terre. L’image de Cheikh Ibrahim Niasse a ainsi, merveilleusement plané au-dessus de Sing-Sing, à l’occasion de la cérémonie de pose de la première pierre de l’université du Sine Saloum de Kaolack.
En faisant d’El Hadj Ibrahima Niasse dit Baye le parrain de l’université multipolaire, le président Macky Sall a honoré le Sénégal, l’Afrique et le monde, mais également magnifié l’œuvre d’un homme multidimensionnel, qui à consacré une grande partie de sa vie à l’éducation et à la formation.
L’on se souvient que Cheikh Ibrahim, l’une des plus illustres figures de l’islam des temps modernes, aura séjourné sur terre, 75 ans durant et a publié 75 œuvres. Il disparut le 25 juillet 1975 dans une clinique londonienne, au bord de la Tamise. Quarante années de sevrage sont, ainsi, passées. L’action et le caractère multidimensionnel du personnage continuent de s’ériger, aujourd’hui encore, comme une référence. Un phare, aux mille feux, éclaire quotidiennement les pas du simple citoyen et du fidèle sur la route du salut ici sur terre et dans l’au-delà.  El Hadj Ibrahima Niasse, considéré par tous les exégètes comme le porteur et l’incarnation de la « Fayda », a su élever le nom d’Allah et répandre le message du Prophète Mohamed (Psl) dans les foyers des cinq continents pour faire admettre l’universalité de la religion d’Abraham.
De l’Afrique en Asie en passant par l’Europe, Cheikh Ibrahim avait bravé les eaux furieuses des océans, enjambé dunes et monts, pour porter la « Fayda » au-delà du Sénégal, mais également, pour jeter les bases d’un concept qui lui tenait à cœur, l’union africaine.
Aujourd’hui sur les pistes sablonneuses du Darfour et des Etats du géant Nigéria, sur les routes rocailleuses du Tchad ou les chemins latéritiques du Mali des profondeurs, ses héritiers, bravant le chaud et le froid, l’hostilité, l’adversité, la fatigue et le sommeil, parachèvent l’œuvre colossale entamée par le Cheikh, cette mission divine dans la cordialité, l’entente et la paix.

La famille de Baye Niass salue la décision du président de la République
Au-delà du Khalife de Cheikh Ibrahim Niasse dit Baye, c’est toute une communauté, celle des Niassènes qui a été profondément touchée par l’acte posé par le président Macky Sall qui a surpris son auditoire. La nouvelle a d’ailleurs été accueillie par une foule en délire, des salves d’applaudissements, mais également des cris hystériques. Le porte-parole du Khalife n’a pas manqué de relever la portée historique de l’acte posé par Macky Sall qui, selon lui, a honoré les fils du Sine et du Saloum, le Sénégal, l’Afrique et le monde pour ce que Baye a fait pour la prospérité, notamment en matière d’éducation. « Baye personnellement, est une université », a souligné le porte-parole du Khalife qui s’est appesanti sur l’œuvre incommensurable de Cheikh Al Islam dans plusieurs domaines, mais surtout dans celui de l’enseignement. « Nous vous donnons rendez-vous en 2017 », a-t-il enfin déclaré.

Diversifier la carte universitaire et promouvoir l’enseignement universitaire
Le chef de l’Etat a annoncé qu’ils vont commencer un ambitieux programme de construction et de rénovation d’infrastructures pédagogiques. Ainsi le gouvernement s’atèle au renforcement et à la diversification de la carte universitaire par, d’une part, l’extension et la réhabilitation des universités existantes de Bambey, de Dakar, de Thiès, de Saint-Louis et de Ziguinchor et, d’autre part, la construction de nouvelles universités à Kaolack, mais également à Dakar et plus tard à Tambacounda ». Il a rappelé par la même occasion que  l’Etat investit plus de 300 milliards dans les infrastructures. « C’est plus que ce que notre pays a investi depuis 50 ans.  Vous faites la somme des investissements publics engagés entre 2012 et 2017, vous aurez le double de ce que l’Etat a jusqu’ici mis dans l’enseignement supérieur de l’indépendance à 2012 ». Le président a informé avoir pris la décision d’améliorer sensiblement le taux d’encadrement des étudiants par la création de 210 nouveaux postes d’enseignants-chercheurs pour le supérieur. Tous ces projets, toutes ces initiatives découlent du Pse «qui, vous pouvez en attester, est entré dans sa phase active de mise en œuvre au bénéfice exclusif du peuple sénégalais dont l’amélioration des conditions de vie est ma préoccupation au quotidien », soutient le président. Macky Sall a  rendu un vibrant hommage à la communauté universitaire dont il a  salué le talent et l’engagement dans la formation des jeunes Sénégalais. Il a aussi félicité le ministre Mary Teuw Niane pour «sa compétence, son engagement au service de l’avenir de la jeunesse, de son pays, sa loyauté et sa fidélité ».

lesoleil.sn