Le président de la République Macky Sall a procédé le vendredi 31 juillet 2015 à l’inauguration de trois nouveaux pavillons d’hébergement  (T, U, V) d’une capacité d’accueil de 1044 lits à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Un évènement très mouvementé mais qui, à la fin s’est déroulé dans un climat apaisé.

C’est vers 19 H passé de 17 minutes que le cortège présidentiel s’est dirigé vers le stade des centres des Œuvres Universitaires de Dakar qui a abrité la cérémonie d’inauguration. Une entrée très agitée, qui, à cet effet, est marquée par des huées et des jets de pierres obligeant ainsi aux forces de l’ordre d’utiliser des gaz lacrymogènes pour disperser la foule.

Accueilli dans une ambiance électrique par l’ensemble des acteurs de l’université, du Gouvernement, des membres du Conseil Economique Social et Environnemental, de certains députés de l’Assemblée nationale et des sympathisants qui tonnaient avec joie son nom « Macky, Macky». Le Président s’est allé directement couper le ruban aux couleurs nationales, sous le regard du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, du promoteur M. Ron Yefft, ainsi que des autres invités.

La cérémonie s’est poursuivie par les interventions du directeur du COUD, du PDG de l’entreprise DSC, du représentant des PATS, et du représentant des étudiants. A ce titre, dans son intervention, le directeur du COUD M.Oumar Hanne a qualifié d’ « historique » la venue du chef de l’Etat dans le temple du savoir. C’est ainsi que M. Ndob Seck, représentant des PATS, a abordé dans le même sens en qualifiant le retour du président dans cet endroit « mythique » comme un « événement inédit » d’où le slogan « Retour de l’enfant prodige ». Il estime, à cet effet, que c’est la première fois que le centre des Œuvres Universitaires de Dakar accueille un Président de la République. Après cela, M. Seck a axé son discours sur un certain nombre de souhaits qu’il adresse au chef de l’Etat afin que « l’implication des PATS dans les chantiers des réformes soit totale et permanente. »

C’est ensuite le tour du représentant des étudiants Ass Tacko Diagne de prendre la parole. Une occasion saisie par ce dernier pour exposer « un ensemble de doléances ». A ce propos, la première de la liste bien fournie qu’il a ensuite remis au chef de l’Etat a été une demande pour que la justice soit faite sur le décès du jeune étudiant Bassirou Faye. En somme, le porte-parole des étudiants a demandé à ce que  les conditions de vie et d’étude des étudiants soient améliorées .

Le summum de la cérémonie est marqué par l’allocution du président de la République qui dès l’entame de ses propos s’est rappelé tel le Président poète Léopold Sédar Senghor, dans son poème Joal « le pavillon A, les nuits d’assemblée générale devant le pavillon A, le pavillon H (…) les difficultés obtenues dans la restauration, les ‘’Nguenté Toubab’’, les fins de mois difficiles… ». A ces mots, les sympathisants venus nombreux se sont levés d’une seule voix pour applaudir. Par ailleurs, le président légitime les revendications des étudiants qu’il considère comme « le propre même de l’étudiant ». Mais il a insisté sur le fait qu’il faut revendiquer dans les formes, sans la violence. Il a également profité de l’occasion pour rassurer les étudiants de l’Université Virtuelle du Sénégal(UVS) du démarrage de leur cours le 17 août prochain. Revenant sur une des doléances des étudiants, « Laissons la justice clarifier l’affaire Bassirou Faye » tel est le propos du président sur ce qu’il qualifie de « crime inacceptable ».

Enfin, le président a pris l’engagement pour que les franchises universitaires soient respectées, que le campus soit laissé aux étudiants. Il insiste sur le fait que cela suppose que les étudiants soient également à la hauteur de cette confiance afin que la paix et la concorde règnent au sein du campus social.