L’université Alioune Diop de Bambey constitue la première expérimentation du Centre Universitaire Régional (CUR) au Sénégal. Elle à pour vocation (i) de dispenser des formations conformes aux besoins exprimés sur les marchés de l’emploi, (ii) de contribuer à la diversification au niveau national de l’offre de formation universitaire, (iii) de contribuer à la mise en place des conditions de qualifications permanentes des citoyens et (iv) de contribuer tant au niveau du développement local que national.

l'equipa du journal avec le recteur de l'UADB et le chargé de communication
Le Recteur entouré de quelques membres du Journal U.

Un site qui à fait l’objet de convoitise

Le recteur nous révèle que la place où est implanté le campus de Bambey qui abrite le rectorat est « un site qui au temps des royaumes a longtemps fait l’objet de convoitise de la part des rois, un lieu qui par la suite faisait partie des champs des guides religieux ».

Aujourd’hui, le lieu est composé de certains arbres qui sont  en voie de disparition, ce qui justifie d’ailleurs le projet du recteur de vouloir y implanter « un jardin botanique » dont la vocation sera notamment de préservation la richesse de la zone.

Pour rappel, l’université est créée en 2004 dans un site historique. Il s’agit alors à la date de sa création d’un Centre Universitaire Régional. C’est en 2007 que les enseignements ont véritablement démarré. Depuis 2009, le CUR est devenu une université de plein exercice.

Le parrain, « un Socrate noir »

L’Université publique de Bambey a pour parrain le professeur, écrivain Alioune Diop. Il fut un professeur de Lettres à Paris à partir de 1943. Charmé par sa sagesse, le premier président du Sénégal Léopold Sédar Senghor le désigna comme un « Socrate noir ». Alioune Diop est également considéré comme un des premiers partisans de l’émancipation des cultures africaines.

Un triptyque innovant !

Sur un périmètre de 52 hectares, à 120 Km de Dakar, l’université se dresse fièrement à l’entrée du département de Bambey. Elle compte à ce jour selon le recteur « 3 200 étudiants » venus des quatre coins du Sénégal avec 66 enseignants-chercheurs. L’Université propose une large gamme de filières dans quatre centres universitaires à Lambaye, Diourbel, Bambey et Ngoudiane. Ces formations sont dispensées à travers trois Unités de Formation et de Recherche, avec une effectivité de l’application du système Licence Master et Doctorat (LMD) :

  • Sciences Appliquées et Technologies de l’Information et de la Communication ;
  • Santé et Développement Durable ;
  • Economie, Management et Ingénierie juridique.

L’UADB propose aussi des licences professionnelles en création multimédia, en statistique et informatique décisionnelle, en mathématique, en physique-chimie, en santé communautaire, en finance comptabilité et des masters indifférenciés (recherche et professionnel) en finance – comptabilité, en santé communautaire, et en chimie qui ouvrent aux aspirants une plus grande facilité d’insertion notamment avec l’utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). Le taux de réussite est estimé selon M. Lamine Gueye à 75% avec une ambition d’atteindre les 90 % au cours de cette présente année académique.

L’université dispose d’une bibliothèque universitaire centrale ainsi que des annexes à Ngoudiane et à Diourbel. Il est également possible de connaître la disponibilité des œuvres à partir d’Internet. Sur le plan du campus, c’est le Centre des Œuvres Universitaire de Dakar (COUD) qui s’occupe des services sociaux relatifs à l’hébergement, à la restauration et aux soins de santé.

Face à une demande sans cesse croissante plus concentrée sur le caractère opérationnel des étudiants, les autorités étatiques, en partenariat avec l’administration, envisagent de nouvelles réalisations pour rendre l’Université Alioune Diop de Bambey encore plus dynamique. Un avenir radieux, qui se profile à coup sûr.

1 COMMENTAIRE