Dans le cadre de la journée portes ouvertes organisée par l’Université Alioune Diop de Bambey, les étudiants de l’UFR Sciences Appliquées et Technologies de l’information et de la Communication ont mené devant le public venu nombreux, des expériences scientifiques.

Les étudiants du parcours Maths-Physique-Chimie et Informatique de l’Université Alioune Diop commencent à travailler, en 2012, en partenariat avec des étudiants français de l’Ecole Supérieur des Technologies de l’Aéronautique et de Construction Automobile (ESTAC). C’est dans le cadre de la mise en place du Projet d’Eveil Général aux Activités Scientifiques à l’Ecole (PEGASE). Leur but est de « faire aimer les sciences aux élèves depuis le primaire » mais également d’assister les élèves dans les matières scientifiques, dans les lycées de Ngoudiane. Beaucoup d’étudiants du Sénégal jouent le rôle décrit dans le second objectif dans le but de rehausser le niveau de l’éducation au niveau national.

L’initiative prise par l’association PEGASE trouve un répondant à la lecture de l’émerveillement suscité par les expériences, chez les plus jeunes venus à l’occasion de la journée portes ouvertes, pour découvrir les offres de formation de l’université.  Elle est également saluée par les parents d’élèves présents et le Recteur d’autant plus qu’une telle initiative s’inscrit dans la politique menée par l’Etat du Sénégal consistant à la promotion des séries scientifiques. Parmi les expériences réalisées par les étudiants du MPCI, il y a :

  • La fusée à eau entre l’eau et l’air consistant à faire voler la fusée à eau selon le principe d’action-réaction. Elle a nécessité selon Galasse Diouf : « deux bouteilles d’eau collées l’une à l’autre, un bouchon de liège, du scotch, un tuyau, une paille, une tige… » et « un dispositif de pompage ». Ce matériel manipulé suivant un protocole de lancement leur a permis de faire voler la fusée et de conclure que : « l’eau est source de combustible. Et encore que son volume est statique ». Cette dernière est utilisée ici comme un « carburant ».
  • La conductivité de l’eau avec une expérience qui à permis selon eux d’arriver à la conclusion selon laquelle « l’eau salée est bien meilleur conducteur électrique que l’eau pure ».

Pour ces élèves, qui n’ont pas souvent accès au niveau de leurs lycées à des salles de laboratoires, les expériences réalisées constituent une source de motivation. Cela pourrait évidemment booster leur envie de s’orienter vers des choix de séries scientifiques. Une grande ambition que à laquelle l’Université de Bambey est bien décidée à accompagner.