Une collaboration avec Nollywood, la place forte de production africaine de cinéma, pourrait permettre au Nigerian Stock Exchange, le marché financier nigérian basé à Lagos, de sensibiliser davantage et de faire revenir des investisseurs individuels locaux, a fait savoir Folami Afoyaba, le DG de l’intermédiaire de bourse Securities Africa Financial Ltd, aux médias locaux.

M. Afoyaba explique que depuis la crise de 2008/2009, les investisseurs privés individuels nigérians tardent à revenir faire des opérations sur le marché financier, et que les opérations sont davantage le fait des investisseurs institutionnels étrangers. « Seuls quelques courtiers travaillent avec ces institutions étrangères qui contrôlent collectivement de grands volumes échangés sur le marché », explique-t-il.

Il relève aussi le fait que les investisseurs étrangers sont également très sensibles et toute information qui reflète une incertitude politique ou une instabilité économique, se traduit par des retraits rapides et massifs du marché, entrainant une grande volatilité.

Parmi les obstacles à l’implication des investisseurs locaux dans les échanges sur la bourse, le courtier cite le manque de confiance, de connaissance et de redistribution. Il cite aussi la faible liquidité du marché qui ne cadre pas avec l’ambition des investisseurs locaux de réaliser rapidement des bénéfices. Dans le même temps, le courtier pense que si les entreprises communiquaient davantage sur leurs activités, cela permettrait aux investisseurs d’avoir une meilleure confiance dans les perspectives du marché.

Rappelons que le Nigerian Stock Exchange se remet peu à peu d’une période de forte volatilité et de recul, et a enregistré, la semaine dernière, une nouvelle progression, soutenue par les bons résultats des banques comme Zenith Bank et Guaranty Trust Bank, mais aussi des entreprises du secteur de la grande consommation comme Nigeria Breweries.

Idriss Linge

agenceecofin.com