L’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) a connu des innovations notoires notamment dans le domaine de l’Internet. L’ensemble du territoire universitaire semble désormais couvert par un réseau sans fil répondant à certaines attentes des étudiants.

L’interconnexion Wifi du Campus et de la Cité Aline Sitoé Diatta (ex-Claudel) est le fruit d’un partenariat du Centre des Œuvres Universitaires de Dakar (COUD) avec l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP), d’un montant de 125 millions de Francs CFA pour une durée de trois ans. Ce contrat est signé par Abou Lo Directeur Général de l’ARTP et par l’ex Directeur du COUD, Abdoulaye Diouf Sarr. Ainsi, la connexion est gratuite par un réseau sans fil depuis le centre de système informatique installé à l’intérieur du Campus.

Les objectifs dudit Programme est triple :

  • Développer des infrastructures TIC devant faciliter le partage d’informations dans les temples du savoir ;
  • Contribuer à augmenter le taux de pénétration de l’Internet qui est de 4,7% pour les abonnés, et de 15% pour les utilisateurs ;
  • Contribuer à la réduction de la facture numérique.

De toute évidence, il parait que l’ARTP vise en quelque sorte  à « faciliter la recherche et l’accès au savoir » en plus des missions de régulation du secteur des télécommunications qui lui sont assignées par l’Etat.

COMMENT FAIRE POUR SE CONNECTER SUR LE WIFI UCAD_ETUDIANT ?

Pour se connecter à ce wifi, il faut renseigner son email de la forme : prenom.nom@Ucad.edu.sn et son mot de passe ; votre numéro de carte d’étudiant au niveau du portail wifi Ucad-Etudiant.

COMMENT LES ETUDIANTS L’ACCUEILLENT-ILS ?

« Une très bonne initiative de démocratiser l’Internet dans l’ensemble du Campus social, ce qui me permettra de faire mes recherches pour enrichir mes cours qu’on me dispense, aussi, puisque mon département à un blog, je n’ai plus à aller au cyber pour voir mes notes et les informations qui m’intéressent  et à dépenser mon argent » rétorque Amdy, un étudiant en Licence à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines.

Un autre étudiant du nom de Diouf salue ce progrès et affirme qu’il lui permet certes de faire ses recherches mais il arrive que la connexion soit défectueuse dans certains endroits. Cela étant, il ne manque pas d’inciter les gestionnaires du réseau à revoir le système et à solutionner ces problèmes quelque peu gênants.

Une ère de révolution est notée à l’Université et les étudiants l’accueillent à cœur ouvert ; ils ne peuvent qu’être fiers de leur Université, de l’administration, du progrès dont il a été question ces dernières années. Il convient alors d’optimiser car comme le disait Hegel « l’évolution n’est pas une simple éclosion sans peine et sans lutte, comme celle de la vie organique mais le travail dur et forcé sur soi-même » .