« Je changerai jamais ma déclaration, j’ai vu l’homme qui a tiré sur Bassirou Faye et rien au monde ne me poussera à dire le contraire ». C’est par ces termes que Sétt Diagne nous livre son témoignage. Sétt est l’étudiant qui était avec Bassirou quand celui-ci recevait la balle mortelle qui heurta sa tête le 14 août 2014 sous le pavillon D de l’Université Cheikh Anta Diop.

Difficile à trouver, c’est après plusieurs coups de fil que le Journal U. a pu rencontrer Sétt Diagne assis au bord du pavillon S avec un chapelet autour du cou, en train de manger un plat de “lakh”’. « Je n’ai pas mangé depuis hier », avertit-il.

C’est avec prudence et une méfiance totale que Sétt Diagne a accepté de nous parler après un contrôle méticuleux de notre identité en tant que représentant du JournalUniversitaire.com. Cette méfiance s’explique, selon lui, par le fait qu’il a été manipulé, leurré par beaucoup de gens qui prétendaient être des journalistes, alors qu’ils ne sont rien d’autre que des imposteurs, et parfois des agents secrets à la solde d’individus obscures.

Refusant d’être pris en photo ou enregistré, Sétt Diagne revient sur le jour des faits :

« Je reconnais bien l’homme qui a tiré sur Bassirou. Il est de teint clair, élancé et un peu robuste. Son image est gravée dans ma mémoire. Tous ces gens qu’on a arrêtés et incriminés, en particulier Tombon Wally, ne sont pas les auteurs de cet acte. Je reste campé sur ma déclaration que j’ai faite il y a cela 1 an ».

Très pris par la commémoration dont il était le modérateur, Sétt  ne pouvait en aucun instant rester sur place. C’est en marchant vers le pavillon D qu’il nous explique sa navette interrompue entre UCAD et la Division des Investigations Criminelles (DIC) :

« Le premier jour où on m’a convoqué à la DIC, avant même de voir les enquêteurs, un ami m’a appelé pour me dire qu’il vient d’entendre à la presse que j’ai changé mon discours sur l’homme qui a tiré alors que j’étais devant la porte attendant qu’on m’appelle pour témoigner. C’est juste pour vous dire qu’il y a trop de choses qui me dépassent dans cette affaire ».

Ce n’est pas pour autant que M. Diagne décide de renoncer. Il se dit toujours prêt à apporter des éclairages pour permettre l’avancement de cette affaire.

1 COMMENTAIRE