Les Risques de la cigarette électronique chez les jeunes

Alors que l’usage de l’e-cigarette explose parmi les jeunes Américains, un rapport alerte sur un danger majeur pour la santé publique.

Les tabacologues ont longtemps défendu la cigarette électronique, outil de sevrage qui a montré son efficacité pour tourner le dos à la cigarette “classique”. Seulement voilà, les fumeurs impénitents ne sont pas les seuls à l’utiliser : l’e-cigarette est de plus en plus prisée par les jeunes.

Aux Etats-Unis, la hausse de la consommation de cigarettes électroniques entre 2011 et 2015 est de 900% chez les lycéens. Or, une étude américaine remise jeudi révèle que la cigarette électronique représente en fait un danger majeur pour la santé publique, relaie “Sciences et Avenir”.

L’étude du Médecin en chef des Etats-Unis (General Surgeon) s’appuie sur le travail de plus de 150 experts et pointe les dangers induits par l’e-cigarette, principalement pour les jeunes. La nicotine absorbée par les adolescents crée une forte dépendance, avec des effets durables toxiques sur le cerveau en développement des jeunes.

Le principal bénéfice mis en avant par les défenseurs de la cigarette électronique est qu’elle ne contient pas de goudrons. Mais l’étude américaine indique que les aérosols produits par le vapotage peuvent exposer à des substances potentiellement dangereuses.

Moins de fumeurs de tabac aux Etats-Unis

Certains experts persistent pourtant à défendre ce qu’ils considèrent comme une véritable avancée. Selon eux, la cigarette électronique ne pousse pas les jeunes à fumer des cigarettes classiques. Ainsi, malgré le fort développement de l’e-cigarette chez les jeunes, le nombre de fumeurs de tabac aux Etats-Unis est passé sous le seuil des 40 millions pour la première fois depuis cinquante ans.

Mais d’autres études mettent l’e-cigarette sur le banc des accusés. Celle notamment des chercheurs de l’université de Laval, au Canada, publiée par le “Journal of Cellular Physiology”. Elle révèle que les cellules présentes dans la bouche ne survivent pas plus de dix jours lorsqu’elles sont exposées à la vapeur de cigarette, alors que ces cellules sont la première ligne de défense de l’organisme contre les attaques extérieures. Ces chercheurs redoutent un risque accru d’infection, mais aussi d’inflammation et de cancer de la bouche.

RÉAGIR À CET ARTICLE

Please enter your comment!
Please enter your name here