Hier, vers les coups de 11h, l’avenue Cheikh Anta Diop a encore été prise d’assaut par un groupe d’étudiants. Ces derniers ont barré la route au niveau du rond-point qui se trouve être le point de convergence de tous les véhicules ralliant le centre-ville ou la périphérie. Cette grande artère barrée plus de 2h a obstrué le trafic obligeant les véhicules à retourner ou chercher d’autres issues dans les rues de Point E.

Cette fois-ci ce sont des étudiants en Master 1 professionnel de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques. Ces derniers  revendiquaient le paiement des bourses et le démarrage des cours pour l’année universitaire 2014/2015.

Un des étudiants du nom de Yaya Sow nous explique le pourquoi de cette revendication en ces termes :

« Nous sommes sortis aujourd’hui pour manifester notre mécontentement à l’égard du Directeur des bourses et du Doyen de notre faculté. Le Ministre Professeur Mary Teuw Niane avait dit que tout étudiant inscrit en master professionnel ou master recherche aura droit à une bourse. Le Directeur des bourses vient de publier un communiqué disant que l’étudiant perd sa bourse s’il fait 2 redoublements dans un cycle. Par contre le Recteur, quant à lui , avait dit que si l’étudiant redouble deux fois dans un cycle et perd sa bourse, il sera encore bénéficiaire s’il s’inscrit dans un cycle supérieur. Voilà une contradiction entre eux ».

Un autre étudiant dans le même groupe ajoute

« Le plus choquant et inquiétant en est que jusqu’à maintenant on n’a pas encore démarré les cours alors qu’on s’est inscrit depuis plus de 3 mois, tandis que nos camarades du master recherche vont bientôt faire leurs examens. Donc nous exigeons le démarrage des cours dans les plus brefs délais et le paiement de nos bourses ».

D’après les étudiants, les autorités ne veulent pas les recevoir pour une quelconque discussion concernant leur cas. Ils soutiennent être allés voir l’accesseur de ladite faculté pour des informations sur les cours. Celui-ci leur a fait comprendre son manque de maîtrise de cette situation les concernant. C’est la raison pour laquelle ces étudiants sont sortis de leur caverne pour barrer la route espérant un changement de situation.