L’enseignement supérieur du Sénégal n’est pas bien loti. Le pays accuse un retard structurel sur le nombre d’étudiants que comptent ses universités, a déploré le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Mary Teuw Niane qui propose de multiplier par trois leur nombre, d’ici quelques années.

«Le Sénégal compte 150 000 étudiants, là où la Tunisie en a 400 000. Il faut donc multiplier, en peu de temps, le nombre d’étudiants par trois», a insisté le ministre qui a introduit, samedi, devant les étudiants de l’université Gaston Berger de Saint-Louis (Nord), une conférence sur le thème : «Les réformes de l’enseignement supérieur sont-elles pour le mieux-être de l’étudiant ?».

Dans les colonnes de l’Observateur qui revient sur cette rencontre, les étudiants d’exprimer leur opposition à une telle initiative, au cas où les conditions d’études ne seraient pas prises en compte par l’autorité de tutelle. «Nous n’accepterons pas qu’un étudiant soit orienté ici l’année prochaine si nous ne recevons pas un nouveau pavillon préfabriqué», ont-ils tonné.

Ailleurs, dans le souci d’inverser la tendance devant la dominance des filières littéraires, Mary Teuw Niane de mettre l’accent sur les filières scientifiques très peu fréquentées par les étudiants, avec moins de 20%. Ainsi, pour booster l’orientation des étudiants dans les séries S1 et S3, il propose d’octroyer, automatiquement, une bourse à tous les bacheliers issus de ces séries.

seneweb.com