Après avoir fait monter très vite la tension à son summum, le Syndicat autonome de l’enseignent du supérieur freine des quatre fers. Hier le gouvernement représenté par le ministre du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les Institutions, ceux de l’Enseignement supérieur, de la Fonction publique et du Budget et le Saes se sont enfermés pour discuter pendant près de quatre heures de la Loi-cadre sur les universités et. Rencontre au sortir de laquelle, les deux parties ont publié un communiqué conjoint. Dans le document, il est indiqué qu’ «au cours de la rencontre, le Saes a demandé au gouvernement le retrait ou à défaut la modification des dispositions pour lesquelles un accord a été trouvé». Il est aussi mentionné qu’«après discussions, le gouvernement et le Saes ont convenu de mettre en place une commission technique paritaire composée de plénipotentiaires (quatre pour chaque partie) en vue d’examiner les amendements du Saes».

Et qu’«en cas d’accord, le gouvernement s’engage à prendre les dispositions législatives et/ou règlementaires pertinentes» Ensuite, «les deux parties ont retenu de se retrouver le vendredi 13 mars» et «s’engagent à travailler dans un climat apaisé». Restons avec le Saes pour dire que son Sg, Seydi Ababacar Ndiaye a estimé, sur la Rfm, que c’est illégal de geler les salaires des fonctionnaires et que des plaintes seront déposées contre les recteurs coupables. Il souligne en outre que même si c’était pour des ponctions, ce n’était pas le moment alors qu’ils étaient dans une dynamique de négociation. Pour sa part, Ibrahima Thioub le Recteur a renseigné que c’est la tutelle qui a décidé qu’il n’y aurait pas de ponctions sur les salaires et que toutes les mesures sont en train d’être prises pour que les salaires soient payés le plus  rapidement possible, aujourd’hui pour certaines banques et au plus tard lundi pour les autres.