C’est en début de week-end que l’information faisant étant de la disponibilité des listes des boursiers sur le site Campsen.sn a été relayée à l’UGB. Cette nouvelle fut reçue avec beaucoup d’angoisse par les uns et les autres qui se sont empressés de trouver une connexion pour parcourir ces listes.

Avec la rupture opérée cette année avec le système des quotas universitaires au profit d’un mode de classement national, les étudiants ayant obtenu le baccalauréat avec la mention sont assurés d’avoir au moins la demi-bourse. Cette donne élimine d’office les étudiants n’ayant pas obtenus le baccalauréat d’office et met en ballotage ceux qui ne l’ont pas réussi avec la mention. Les meilleurs nouveaux bacheliers sont donc assurés d’avoir la bourse et même des bourses d’excellence pour les meilleurs alors que les moins chanceux devront attendre les bourses sociales non encore attribuées.

Les nouveaux bacheliers de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis non attributaires des bourses pédagogiques devront donc prendre leur mal en patience et dépendre encore des traditionnels « Wari » des parents pour subvenir à leurs besoins primaires. A cet effet, des assemblées générales sectorielles ont été tenues par les délégués d’UFR sur instruction de la coordination des étudiants de Saint-Louis (CESL), entité de représentation desdits étudiants. Avec un campus social ou les conditions de vie se sont détériorées ces dernières années avec la massification opérée, la traditionnelle solidarité des étudiants Sanarois devra être de mise pour permettre aux non bénéficiaires de développer des mécanismes de résilience grâce à leurs camarades. Des initiatives telles que celle de la commission sociale des étudiants de Saint-Louis qui avait décidé, avec le concours de Recteur et du directeur du CROUS (centre régional des œuvres universitaires de Saint-Louis) de donner des bourses aux non bénéficiaires sont à multiplier pour préserver le tissu social estudiantin de l’Université de Saint-Louis.