Les trois responsables du mouvement citoyen sénégalais Y en a Marre, arrêtés dimanche à Kinshasa, en République démocratique du Congo, ont été libérés, mercredi en début de soirée et expulsés, a appris l’APS de source officielle à Dakar.

‘’Ils sont attendus à Dakar, jeudi entre 15 heures et 16 heures’’, selon la même source. Le ministre congolais des Affaires étrangères, Raymond Tshibanda, “a rassuré ce matin (mercredi) son homologue sénégalais Mankeur Ndiaye de la libération imminente de Fadel Barro, Malal Talla et Aliou Sané détenus depuis dimanche dans les locaux du service congolais de renseignement”, avait indiqué le responsable du service de l’information, de la communication et des relations publiques du ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Hamidou Sagna. Selon M. Sagna, le ministre Mankeur Ndiaye s’est entretenu de cette question avec son homologue congolais, suite à l’appel lancé mardi par le chef de l’Etat, Macky Sall, sollicitant des autorités congolaises la libération des dirigeants de Y’en a marre.

Les trois militants de “Y en a marre” et un membre du mouvement citoyen burkinabè “Balai citoyen” sont arrêtés depuis dimanche, à Kinshasa, la capitale de la RDC. Ils étaient partis sensibiliser les jeunes congolais sur la gouvernance et la démocratie, à l’invitation de la société civile de ce pays. Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement congolais, a dit, mardi, à la BBC que les autorités de son pays les soupçonnent d’”insurrection visant à monter les jeunes [de la RDC] contre le pouvoir”. Une vingtaine de personnes, dont des journalistes, avaient été arrêtées dimanche, en même temps, lors d’une conférence de presse donnée par les militants des mouvements citoyens sénégalais, burkinabè et congolais. Certaines d’entre elles ont été libérées le même jour. Le climat politique est actuellement tendu en RDC. Le président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, est soupçonné par l’opposition de se préparer à l’élection présidentielle de 2016, ce que ne lui autorise pas la Constitution du pays.

Aps