Certains étudiants sont confrontés à des problèmes d’alimentation de qualité dans les restaurants de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Le phénomène refait surface presque chaque année. Actuellement, en dehors du restaurant de la cité Alioune Sitoé Diatta, ex Claudel, seuls deux restaurants sont ouverts au campus social alors que beaucoup d’étudiants sont logés. Si certains sont obligés de consommer ces aliments pour se remplir le ventre, d’autres préfèrent y renoncer et trouver d’autres alternatives.

Il est environ 11 heures à l’UCAD, heure de service pour les restaurants. Devant le bâtiment qui abrite le nouveau restaurant du campus social de l’Université, quelques étudiants commencent à faire leur entrée pour déjeuner. Après quelques minutes d’attentes la queue commence à se faire remarquer. Mais que d’ordre, puisque les vigiles s’activent à surveiller les étudiants qui s’aventurent à faire du “dialgati” (ne pas respecter le rang) comme disent communément les étudiants.

Sophia qui vient juste de sortir du resto, accompagnée de son camarade, n’est pas satisfaite.

“Ils ont préparé du thiébou yappe mais ce n’est pas mangeable. J’ai pris deux cuillères et le reste je l’ai donné à mon camarade” a t-elle fustigé.

Cette nouvelle bachelière qui entre pour la première fois dans ce nouveau resto trouve qu’il faut des améliorations contrairement à son camarade qui pense autrement.

“Ce qui m’intéresse c’est de me remplir le ventre afin de tenir pour aller suivre mes cours” dit-il.

A hauteur du service médical, on peut apercevoir la queue pour entrer au restaurant Argentin, deuxième resto fonctionnel du campus. Interpellé, cet étudiant en troisième année au département de lettres modernes a préféré rester sous l’anonymat.

“Je n’ai pas constaté de changement depuis que je suis là. je fais tous restos mais ils ont les mêmes menus” a t-il confié.

Le menu des restaurants et la qualité des repas servis laissent à désirer par certains étudiants. Mais d’autres font la différence à travers d’autres aspects.

“Nous avons laissé le resto Argentin pour maintenant manger au nouveau resto car les serveuses sont plus accueillantes” a affirmé Asta Amar avant que son amie Fatou Sarré Diop ne prenne le relais.

“L’équipe du nouveau resto veille plus à la propreté” s’est-elle contentée de dire.

Ces étudiants qui fréquentent ces restaurants vivent tous le calvaire même si certains supportent ce vécu quotidien par manque de choix. Pour Pape Mody Dione étudiant en troisième année au département d’espagnol, il importe d’apporter du changement, notamment en ce qui concerne le volume de repas individuel servi à chacun.

“Il faut des améliorations surtout pour la quantité des repas servis, souvent ça ne nous suffit pas” dénonce cet étudiant.

Du coté des prestataires, le souci est d’avoir plus d’effectifs.

“Notre vœu le plus cher c’est d’avoir plus d’étudiants. Actuellement il n’y a que deux restos qui fonctionnent mais l’effectif est encore faible” a dit le prestataire du nouveau restaurant qui n’a pas voulu dévoiler son identité sans pour autant obtenir l’aval du Centre des œuvres universitaires de Dakar (COUD). Toutefois, ce responsable assure que son service fait tout ce qui est de leur possible pour mettre les pensionnaires à l’aise.