Ce matin, vers les coups de midi, l’entrée de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar a reçu la visite d’un candidat très peu habituel et auquel l’université ne souhaitera pas la bienvenue. Il s’agit d’un véhicule de type camion transportant du sable que le conducteur a précipité brutalement contre le panneau portant l’enseigne du COUD indiquant l’entrée de l’UCAD.

20150527_115053

Le camion provenait du côté de l’Hôpital Fann. Mais personne ne pouvait se douter que ses freins ne tiennent pas. La petite “descente” qu’il y a sur la voie, elle, sait jouer avec ces genres de véhicules. La preuve, le chauffeur a été incapable de l’arrêter lorsqu’il est arrivé à hauteur de la porte de l’université. La conséquence de sa descente incontrôlable a été riche en dégâts : au moins trois véhicules en ont fait les frais, notamment deux taxis et une petite voiture de type Clio appartenant à une auto-école.

20150527_115159
Vue d’un du renault clio heurté par le camion

Non satisfait de rouler dans une voiture poids-lourd et de causer autant de dégâts matériels, le chauffeur s’est montré d’une arrogance terrifiante. Il s’est mis à râler sur tout le monde, y compris sur les vigiles postés devant la porte de l’université et sur tous ceux qui lui reprochaient son acte. Mais, il a du rapidement ravaler cette colère injustifiée lorsque les vigiles et le public choqué par son action lui ont promis la bastonnade s’il persiste.

Sur les lieux, la police a procédé à un constat préliminaire, notamment à un marquage au sol, afin de libérer la porte de l’université qui est restée pendant un bon moment inaccessible. Le camion a été par la suite dégagé de la porte de l’UCAD puis stationné à hauteur de l’école Yavuz Selim. Pour lui éviter d’être battu par les taximen dont il a cassé les outils de travail (leurs véhicules), le chauffeur du camion a été soigneusement confiné à l’entrée de l’UCAD, aux côtés des vigiles qui, visiblement, le détestaient tout autant que toute la foule ahurie.

Des véhicules sans frein, des chauffeurs insouciants et insolents, il y en a plein dans les rues et les routes du Sénégal. Un tel constat soulève d’autant plus de préoccupations qu’il existe des services compétents dont la mission est de veiller au contrôle technique et à la délivrance des documents administratifs tels que les permis et les attestations d’aptitude technique des véhicules. Ces services font-ils correctement leur travail ? Telle est la question que d’aucuns n’ont pas manqué de se demander.

20150527_115228
Vue d’un des taxis heurtés par le camion