Après la compétition au Festival de Cannes en 2014, voici le réalisateur Abderrahmane Sissako (photo) porté à la présidence d’un jury en 2015. Ce sera dans la catégorie des courts-métrages et de la Cinéfondation. Le Festival aura lieu du 13 au 24 mai prochain.

Abderrahmane Sissako est l’auteur de « Timbuktu », le seul film africain nominé parmi les 18 films en compétition pour la Palme d’or à Cannes l’année dernière. Le Festival justifie le choix porté sur ce réalisateur africain (de père malien et de mère mauritanienne) en considérant qu’il est « un grand poète de l’Afrique ». Il est retenu pour son « œuvre humaniste et engagée, qui explore les relations complexes entre le Nord et le Sud autant que le destin d’une Afrique malmenée ».

Réagissant à désignation comme président de jury, Abderrahmane Sissako a dit : « Je veux voir des films que je ne ferai jamais. Ce qui m’importe, c’est le cinéma de l’anonymat : parler des conflits, mais surtout de la souffrance vécue par des gens anonymes pour leur donner de la force et de la visibilité, et témoigner de leur courage ainsi que de leur beauté. »

« Timbuktu » raconte la vie quotidienne dans la ville malienne de Tombouctou sous l’occupation des islamistes. A Cannes, le film n’avait reçu aucun prix de l’institution, mais les récompenses se sont ensuite enchaînées. En octobre au 29ème Festival international du film francophone de Namur, il remporte le Bayard d’or du meilleur film et celui du meilleur scénario. Abderrahmane Sissako a reçu en janvier, le Grand prix 2015 de l’Union de la critique de cinéma. En février, le film a été sacré meilleur film 2014 aux Lumières et son auteur a reçu le prix du meilleur réalisateur. « Timbuktu » est en course pour plusieurs prix aux Oscars.

Abderrahmane Sissako vit le couronnement de plus de 25 ans de carrière comme réalisateur de cinéma.

agenceecofin.com