La Direction des bourses, M. Lassana KONATÉ, a tenu une conférence de presse ce mardi 16 juin 2015. Le Journal Universitaire partage avec vous le texte de son propos introductif. Ci-dessous.

Mesdames, Messieurs les journalistes, la Direction nationale des bourses vous remercie chaleureusement d’avoir répondu à cette invitation. Nous vous avons invités ce jour pour partager avec vous la situation du paiement des bourses nationales et extérieures.

A l’entame de mon propos, permettez-moi de rappeler que l’Etat, dans sa volonté d’assumer un environnement propice à l’excellence, travaille à offrir aux étudiants de meilleures conditions pédagogiques et sociales.

Cette volonté, exprimée au plus haut niveau par Monsieur le Président de la République, a été traduite par un effort rarissime, sans précédent, avec plus de 302 milliards de francs CFA qui seront investis entre 2012 et 2017 dans la construction et l’équipement d’infrastructures pour l’Enseignement supérieur.

Pour les bourses, l’Etat a eu à débloquer plus de 53 milliards de francs pour le paiement d’environ 82 000 allocataires au titre de l’année universitaire 2013/2014.

Cet effort serait vain si le statuquo était maintenu dans la gouvernance administrative et financière des universités.

Et c’est en cela qu’est intervenue la réforme des bourses avec un nouveau décret, un nouvel arrêté interministériel fixant de nouveaux taux mais également de nouveaux critères d’attribution et de renouvellement des bourses.

Situation des paiements au niveau national

Il est bon de signaler qu’il y a très longtemps que les bourses n’étaient plus payées dans les délais où elles le sont aujourd’hui. La où l’engagement étatique était le 05 du mois, avec l’aide et la compréhension de nos collaborateurs, je veux nommer le ministère de l’économie et des finances ainsi que la banque que je félicite au passage, les étudiants (75 000) ont été régulièrement payés depuis le mois de novembre dernier et ce, même avant la fin du mois.

Ce paiement dans les délais est du au fait que la Direction des Bourses s’est conformée aux instructions du Président de la République.  A ce titre, tous les états de paiement sont préparés et envoyés aux ministères des Finances avant le 8 du mois pour respecter le délai de paiement.

Prenant en compte les lenteurs au niveau pédagogique, l’inscription n’a pas été un préalable au renouvellement des bourses qui ont été régulièrement payées à tous les ayant-droits depuis le mois de novembre dernier.

Toutefois, les étudiants en années de sortie, c’est-à-dire en L3 et en M2, et ceux ayant repris une classe, doivent justifier d’un passage ou d’une sélection.

Situation des M 1 de l’UCAD

Depuis vendredi 12 juin, l’avenue CAD est occupée par des étudiants de la première année de Master, précisément ceux du M1 d’enseignement SVT de la Faculté des Sciences et Techniques. A l’instar des autres facultés, il s’agit de retardataires dont les listes n’étaient pas arrivées au moment de l’impression des décisions de paiement. En effet, la forclusion pour l’état du mois de juin résulte d’une défaillance de la scolarité de la Faculté des Sciences et Techniques.

Or, nous avons tenu nous-mêmes à nous déplacer pour récupérer en vain ces listes. Il est malheureux de constater que les mouvements spontanés des étudiants relatifs aux bourses sont souvent dus à des négligences dans la transmission des listes par les responsables de scolarités de l’UCAD.

Avec nos partenaires, la Direction des bourses travaille à trouver une solution pour que tous les retardataires autorisés à s’inscrire puissent percevoir dans les meilleurs délais. Nous avons bon espoir qu’ils le seront sous peu. Et sur ce, je les exhorte à reprendre les cours.

Qu’en est-il de la situation au Caire (Egypte)

Il nous est revenu l’occupation de notre ambassade au Caire par environ une cinquantaine d’étudiants pour cause de non paiement de leurs bourses, empêchant son excellence et tout le personnel d’accéder à leurs bureaux. Je rappelle que tous les ayant-droits sont régulièrement payés depuis le début de l’année. Les occupants sont en réalité composés de non ayant droit et d’une vingtaine d’élèves du secondaire dont le paiement avait été bloqué pour non conformité avec les nouveaux les textes à savoir la fin d’octroi des bourses au cycle secondaire.

En effet, ces 20 élèves qui sont encore au secondaire, avaient été sélectionnés suite à un concours. Attributaires d’un complément de bourse, ils ont été convoyés par les soins du MESR à l’université Al Azhar du Caire. Nous étions en contact avec eux et leur avons signifié dès le début, que leur blocage était lié à un problème de texte qui finalement a été réglé avec l’autorisation de paiement donnée au Chef du bureau de gestion des étudiants de l’étranger. Donc, ils seront exceptionnellement payés et dorénavant, le MESR n’attribuera plus de bourses secondaires dont la transformation en bourses du supérieur a été demandée à tous les Etats qui en donnaient.

Les autres sont soit des élèves du secondaire, partis d’eux-mêmes et dont la demande de bourse sociale n’a pas eu de suite favorable pour les mêmes raisons à savoir la fin d’octroi des bourses au secondaire, soit des demandeurs de dérogation (à étudier cas par cas et sur cursus) ayant, pour certains, reçu leur billet de retour.

[divider]