J’aime mon pays, je protège mon université, je m’engage à assurer ma formation: « Damay djangui » tel est le concept lancé ce lundi 06 juillet 2015 par le mouvement « Kékendo », en collaboration avec la coordination des nouveaux bacheliers.

La cérémonie de lancement a eu lieu à la salle de conférence de l’UCAD II de l’Université Cheich Anta Dipp de Dakar.  S’il existe bien des raisons qui expliquent la mise en place de ce mouvement, il s’agit sans doute des crises qui ont secoué l’université ces dernières années, notamment la session unique de 2008 et 2014, la suppression des amicales dans certaines facultés ainsi que l’augmentation pléthorique du nombre d’étudiants sans que le cadre universitaire ne soit amélioré.

« L’adhésion à ce mouvement est grandiose, par la participation des représentants des différentes facultés avec qui on a partagé et échangé des objectifs », a révélé Pape Boubacar Badji, présentateur dudit mouvement. “Ce dernier se veut un moyen de promouvoir le label « étudier au Sénégal » et permettra, en outre, de pousser les autorités à respecter leurs engagements par rapport aux réformes”, a-t-il ajouté.

Sous la présence effective du Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche M. Mary Teuw Niane, ainsi que des autorités universitaires, la présentation du concept «Damay djangui » a séduit le public. Un mouvement qui s’engage à conscientiser les composantes de l’université sur les enjeux du moment mais aussi sur la nécessité d’un sursaut collectif doublé d’un changement de comportement, surtout de la part des étudiants pour donner un nouveau départ à l’UCAD et ainsi participer pleinement à l’essor de cette nation.

Entre autres objectifs, la participation à la « remise » en place d’un climat social apaisé favorisant le travail et l’épanouissement afin que les semestres se déroulent et qu’ils soient validés en temps normal, sont autant de questions soulevées. Selon M. Aly Thiam, coordonnateur des nouveaux bacheliers, “dans ce contexte où les réformes s’introduisent de jour en jour, il urge pour l’étudiant de jouir de son rôle d’acteur et de décideur afin d’y retrouver sa place”. En effet, même si les réformes s’inscrivent dans l’intérêt des étudiants, il est difficile de dire qu’elles sont saluées par tous, parce que certains ne bénéficient pas de soutien, encore moins d’une intégration. Dès lors, “plus de considération et de tolérance envers les étudiants” , sont les mots adressés par M. Thiam aux autorités étatiques et administratives.

Marraine de la cérémonie, Mme Ndioro Ndiaye a salué l’initiative en ce sens qu’elle s’inscrit dans le culte du travail et de la promotion de l’excellence. En effet, « on ne construit un pays que par la connaissance et la capacité intellectuelle à prendre des décisions » a-t-elle souligné. Elle a par ailleurs incité les étudiants à faire preuve de rigueur et de courage car l’enseignement supérieur est une compétition intellectuelle. “Dépêchez-vous à être les meilleurs dans les universités mais, dans un laps de temps pour maximiser vos chances dans le marché de l’emploi”, tels ont été ses mots de clôture.

L’occasion a été saisie par le Ministre Mary Teuw Niane pour revenir sur les réformes avec les équipements scientifiques qui seront officialisés le 13 Juillet 2015 au Grand Théâtre national. Mais aussi “les bacheliers des séries S1, S3, S4, S5, T1, T2, et T6 seront boursiers automatiquement à partir de l’année académique 2014-2015” a-il affirmé. A cela s’ajoutent les logements en cours de construction et qui seront mis à la disposition des étudiants sous peu de temps ainsi que les travaux entamés dans les autres universités avec toutes les technologies nécessaires.