Á l’occasion de la célébration de l’an 1 de la mort de l’étudiant Bassirou Faye ce vendredi 14 août, le JournalUniversitaire est allé à la rencontre de quelques-uns de ses amis qui l’ont connu et côtoyé afin de recueillir leurs témoignages et impressions par rapport à cette journée si particulière ainsi que leurs avis sur la promesse faite par le président de la République de tirer toute cette affaire au clair.

Saliou Mbaye, étudiant au département de philosophie de l’UCAD

« Tout ce que nous pouvons dire de lui c’est que c’était un gars vraiment engagé parce que qu’il avait fait des choses à Diourbel avant même de venir à l’université. Il a maintenu son engagement au sein de l’université ainsi qu’à la faculté des sciences et techniques dans laquelle il était inscrit. Nous profitons de cette occasion pour rendre à nos noms et à ceux de tous les diourbelois un vibrant hommage à Bassirou Faye et prier pour que la terre lui soit légère. Et tant qu’amis de Bassirou Faye et en tant que diourbelois, nous attendons de voir ce que le président de la République a promis parce qu’il a dit que l’on en reparlera au mois d’octobre. Le dossier reste ouvert et nous allons le suivre avec patience et intelligence mais si au mois d’octobre le statut quo perdure, nous allons mettre tout en œuvre pour que l’affaire soit tirée au clair, car justice doit être faite ».

Khady Sène, étudiante à l’Université du Sahel

« Je suis très contente de parler de Bassirou Faye parce que l’on était ensemble, on était des amis, on a partagé la même école, on était dans la même classe en terminale et surtout on a eu le bac ensemble. Bassirou, c’est quelqu’un de très cool, serviable et il n’a aucun problème. La journée d’aujourd’hui est très douloureuse pour nous ses amis, pour la communauté estudiantine et surtout pour les diourbelois, car si vous aviez vécu avec Bassirou, si connaissiez toutes ses qualités, cela ne peut que faire mal de savoir qu’il a été tué. Nous réclamons justice et un an après sa mort nous la réclamons toujours bien que nous saluions le fait que le président de la République ait promis que le procès débutera au mois d’octobre ».

1 COMMENTAIRE