En leur proposant d’obtenir des points supplémentaires à leur examen, un professeur de psychologie fait réfléchir ses élèves sur différents concepts de psychologie sociale. Sans succès, puisqu’une seule classe depuis 2008 a réussi à passer l’épreuve avec succès.

Intérêt personnel contre intérêt général. C’est la morale que sous-tend la question piège posée depuis plusieurs années par Dylan Selterman, professeur de psychologie à l’université du Maryland, à ses étudiants. Le dilemme qui repose sur de vrais concepts met les internautes en émoi depuis sa publication par un étudiant interloqué. Cette question casse-tête promet, selon la réponse, d’obtenir ou non des points supplémentaires à son examen. Depuis 2008, seule une classe a réussi à obtenir les fameux points bonus.

La question est simple, mais cruelle: «Ici, vous avez l’opportunité de gagner des points supplémentaires pour ce dernier partiel. Sélectionner si vous souhaitez obtenir 2 points ou 6 points en plus sur votre note. «Mais il y a un petit truc», prévient avec espièglerie le professeur. «Si plus de 10% de la classe sélectionne les 6 points supplémentaires, personne n’obtiendra de points en plus». Que faire alors? Prendre le risque de n’avoir aucun point supplémentaire en tentant d’en obtenir 6, ou jouer la sécurité en cochant la case 2, et tenter d’assurer une récompense à l’ensemble de la classe?

«Quel genre de professeur fait ça»!?

Un élève de Dylan Selterman a pris la question en photo et l’a partagée sur le réseau social Twitter avec en légende, une interrogation en lettres majuscules: «Quel genre de professeur fait ça»!?

https://twitter.com/shaunhin/status/616378904752848896/photo/1

Un tweet très largement partagé sur le réseau social, jusqu’à arriver sur l’écran du professeur en question, qui s’est fendu d’une réponse laconique non dénuée d’humour: «Je suis ce professeur».

https://twitter.com/SelterMosby/status/619246886470356992

Dans une interview au site BuzzFeed (en anglais), le professeur de psychologie a indiqué que cette question piège lui permet de faire réfléchir ses élèves sur la dynamique de groupe et certains concepts de la psychologie sociale et de phénomènes économiques bien connus, comme la «tragédie des biens communs» ou «le dilemme du prisonnier». Soit une bonne manière de démontrer aux élèves ce qui arrive lorsque les individus agissent en faveur de leur propre intérêt au dépend de ce qui est le mieux pour le groupe. «Certains étudiants déplorent le degré d’égoïsme parmi leurs pairs , tandis que d’autres étudiants (bravement, à mon avis) admettent ouvertement de faire le choix des six points» explique Dylan Selterman à BuzzFeed. Mettant ainsi en péril l’opportunité pour tous les autres d’obtenir des points également.

Le Figaro