Les enquêtes auprès des ménages, montrent que l’incidence de la pauvreté reste élevée. Généralement le chef de famille dispose d’un revenu, relativement bas, et on rencontre un taux de dépense relativement élevé. Les membres secondaires de la famille sont sans revenus et continuent à être entretenus.

Les principaux signes de pauvreté identifiés sont, dans l’ordre:

  • la difficulté à se nourrir,
  • le manque de travail,
  • le manque de soins etc.

Les quartiers de la Sicap rue 10 et autres connaissent également la même situation face à un niveau de vie de plus en plus faible. Les conditions de vie sont devenues défavorables.

Selon les enquêtes auprès des ménages, rares sont les maisons où les trois repas quotidiens sont à l’ordre du jour.

La cité célibataire (Sicap rue 10) est un exemple et loge des familles entières. Il ne faut pas ignorer que la population en âge de s’activer représente plus de 70% sinon plus.

Ainsi il devient nécessaire d’élaborer et d’appliquer des politiques visant à assurer une protection socio-économique suffisante à toutes les familles.Ces politiques doivent mettre l’accent sur la création d’emplois sur le marché du travail et sur l’amélioration significative des conditions de vie des ménages.