L’insertion professionnelle est un problème récurent auquel les nouveaux diplômés font face au Sénégal. Conscients de cette situation, les diplômés de la formation professionnelle de la Faculté des sciences juridiques et politiques de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar ont lancé une association dénommée «Club pédagogique».

A travers cet espace, ils comptent déjà se mettre au diapason de la vie active en organisant des procès fictifs, offrant des formations en développement personnel et aux techniques d’art oratoire. Ousseynou Mbaye, président du club, explique : «En lançant cette association autour de l’éthique et le culte du travail, nous voulons contribuer à l’idée d’une formation professionnelle meilleure. Une formation où les étudiants pourront entreprendre, découvrir leur talent, construire leur projet professionnel et devenir de véritables juristes.»

Pr Soukeyna Guèye Mbow, marraine de la cérémonie, préconise l’entrepreneuriat et demande aux responsables d’inclure dans la formation, des «modules tels que l’entrepreneuriat, le coaching, le leadership pour que ces étudiants puissent être des employés mais aussi des employeurs à la fin de leur formation». Invité à animer un débat sur les «opportunités d’emplois dans les cabinets d’avocats», Me Mame Adama Guèye demande aux étudiants à ne pas «faire du forcing» pour obtenir leur diplôme. Mais plutôt, il les a appelés à séduire les employeurs par la qualité de leur expertise pour avoir «une chance d’avoir un emploi».

Mamadou SAKINE – Stagiaire