La réalisation des axes routiers stratégiques dans les régions de Kaolack et Fatick va contribuer au désenclavement et au développement du Sine-Saloum, a indiqué Khoult Ndiaye, directeur régional centre de l’Agence des travaux et de gestion des routes (Ageroute).

Elle va aussi soulager ”les populations qui rencontrent d’énormes difficultés sur ces axes qui sont dans un état très défectueux’’, a dit M. Ndiaye, dans un entretien accordé à l’APS, en prélude à l’arrivée du chef de l’Etat Macky Sall, dans les régions de Fatick, Kaolack et Kaffrine, dans le cadre d’une tournée économique de cinq jours (11 au 15 avril).

Macky Sall procède dimanche au lancement des travaux de reconstruction des axes routiers Dinguiraye-Nioro-Keur Ayip (Kaolack) et Keur Waly Ndiaye-Passy-Sokone (Fatick).

M. Ndiaye a indiqué que l’axe Dinguiraye-Nioro-Keur Ayip (Kaolack) long de 40 kilomètres est financé à hauteur de 10 milliards de francs CFA par la Banque africaine de développement (BAD) et l’Etat du Sénégal.

‘’L’entreprise chinoise sino-hydro, a-t-il précisé, a été retenue pour réaliser les travaux sur une durée de 18 mois’’.

”Quant au tronçon Keur Waly Ndiaye-Passy-Sokone (Fatick), long de 25, 5 kilomètres, il a souligné qu’il est financé entièrement par l’Union européenne (UE) pour un montant de 5,4 milliards de francs CFA hors taxes. Et l’entreprise Eiffage Sénégal va réaliser les travaux en 14 mois”.

Le directeur d’Ageroute des régions de Fatick, Kaolack et Kaffrine a assuré que ”la réalisation de ces deux projets phares de l’Etat du Sénégal pour le désenclavement du Sine-Saloum sera faite selon les normes requises” par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) en matière de routes.

‘’Il est prévu pour ces axes une largeur circulable de 7,20 mètres, à l’image de ce qui est prévu pour la reconstruction de l’axe Fatick-Kaolack de la RN I. Et en plus de la largeur circulable, il y aura des accotements de part et d’autre de 1, 50 mètre de large’’, a-t-il indiqué.

‘’Deux couches sont prévues pour permettre à ces axes de grand trafic de supporter les chargements des poids lourds’’, a-t-il ajouté, relevant que la présence de l’eau et les charges des camions sont les deux principaux facteurs qui entrainent la dégradation rapide des routes.

APS