Avec près de 40ans de partenariat avec la Banque islamique de développement, le Sénégal a englouti plus de 700 milliards de nos francs, en termes d’investissements

De 1976 à nos jours, la Banque islamique de développement (Bid) a investi 700 milliards de F Cfa au Sénégal. Selon le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, le portefeuille actif de la Bid au Sénégal porte «sur 330 milliards de F Cfa, pour une trentaine d’opérations».  Ce qui fait dire à Amadou Ba que le Sénégal a le privilège de figurer parmi les premiers bénéficiaires des interventions de la Bid, lui faisant ainsi profiter de la totalité de ses instruments d’intervention traditionnels et innovants. Le ministre de soutenir que «les interventions du Groupe dans notre pays ont connu, ces dernières années, une croissance rapide que nous devons, en partie, à la diversité des instruments». La Bid finance le Sénégal dans les secteurs de la santé, de l’hydraulique, de l’assainissement, de l’emploi, de l’énergie, des routes et de l’agriculture. Mais, l’accent est mis, d’après Amadou Ba, sur la lutte contre les effets induits des inondations à Dakar, ainsi que les projets dédiés à la promotion de l’emploi des jeunes et des femmes. Pour dire que tous les secteurs sont couverts, de manière directe ou transversale.  Et pour une bonne mise en œuvre des projets et programmes, la Bid a mobilisé les derniers outils de la finance islamique que sont : «la création de systèmes financiers décentralisés islamiques, lesquels devraient, d’ailleurs, prendre un nouvel essor, avec la signature, en juin dernier, de la Convention stratégique quadripartite (Gouvernement-BID-PAMECAS-Banque Islamique du Sénégal). A cela s’ajoute une société Internationale islamique de financement du commerce, une filiale du groupe de la Bid qui a contribué au financement de la campagne agricole 2013/14. La Bid participe aussi fortement à la mobilisation de la Zakat.

Plan Sénégal Emergent

Des projets et programmes, selon le ministre, participent, de manière directe, à la réalisation du Plan Sénégal émergent,   notre référentiel  en matière de politique économique et sociale sur les moyen et long termes». La Bid, soutien de la première heure du Pse, a, trois mois après la réunion du groupe consultatif de Paris en février 2014, honoré ses engagements, à hauteur de 30%, avec la signature de plusieurs accords de financement. «Au stade actuel, un an après, le Groupe de la Bid a concrétisé 38% de ses engagements», précisera M. Ba.

Pour sa part, le président de la Bid qui a fait le déplacement à Dakar, informe que le Groupe de Bid qui célèbre quelques réussites, est disposé à les reproduire au Sénégal. Ahmed Mohamed Ali nourrit l’espoir que l’appui de sa structure au Sénégal «continuera de faire des institutions nationales des centres d’excellence, de rayonnement dans la région ouest-africaine».

Christine MENDY