Dans la nuit du mardi au mercredi, le ministère mauritanien de l’éducation a annoncé que l’épreuve de physique et chimie sera refaite, à cause d’une fuite constatée. Les mauritaniens ont été réveillés le mardi matin par un scandale de triche à grande échelle à l’examen du baccalauréat 2015, série Sciences Naturelles.

Via l’application whatsapp, certains candidats au précieux sésame ont eu à traiter en groupe les épreuves avant d’aller en classe et même pendant l’examen. Ils ont eu un accès aux épreuves par on ne sait quel moyen. Qui a fourni les épreuves? El Yedali Ould Meguett, directeur des examens au ministère mauritanien de l’éducation nationale a laissé entendre qu’une enquête sera ouverte pour répondre à cette question.

L’école mauritanienne bat de l’aile depuis quelques temps. Du fondamental au supérieur, le niveau des élèves et des professeurs ne cesse de baisser de jour en jour. Le taux d’échec aux échéances BAC 2013 est de l’ordre de 80,5% et celui de 2014 dépasse les 90%. Une illustration de l’état critique dans lequel se trouve le système éducatif mauritanien. Les méthodes de triche sont de plus en plus sophistiquées.

Jadis certains avaient recours à des notes sur un petit bout papier ou écritures sur la peau pour tricher. Aujourd’hui, c’est la triche 2.0. C’est à dire qu’elle se fait via les nouvelles technologies de communication et d’information. La pléthore d’applications mobiles faciles d’accès jumelée avec la complicité des surveillants et souvent de l’administration favorise cette pratique. D’autres épreuves ont aussi circulé massivement sur les réseaux sociaux. Va t-on vers l’annulation pure et simple de cet examen? La question reste posée.

Senego.com

1 COMMENTAIRE