Quel est le mécanisme à l’origine du bruit, lorsqu’on fait craquer les articulations de son doigt ? Heureusement, il existe des chercheurs (on adore les chercheurs sur Big Browser) pour répondre à nos questions. Une équipe internationale de l’université de l’Alberta, au Canada, a utilisé la technique de l’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour filmer le craquement en direct.

Leur conclusion ? Le bruit est provoqué par l’apparition rapide d’une cavité dans l’articulation dite synoviale, qui se remplit alors de gaz. « C’est comme la création d’un vide, explique Greg Kawchuk, un professeur ayant mené les recherches. Une fois que les os se séparent soudainement, il n’y a plus de fluide synovial pour remplir l’espace. Donc une cavité apparaît et c’est cela qui est associé au son. »

Les chercheurs ont filmé, à plusieurs reprises, les craquements d’un dénommé Jerome Fryer, chiropracteur ayant la particularité de pouvoir faire craquer ses doigts à la demande. Il l’a donc fait à beaucoup, beaucoup de reprises : son doigt a été inséré dans un tube qui le tirait lentement jusqu’à ce que l’articulation craque. Grâce à l’IRM, le tout (moins de 310 millisecondes) a été filmé.

Wired, qui en a fait un GIF, apporte plus de précisions :

« On voit une sorte de flash dans l’espace entre entre les extrémités des os lorsqu’ils se séparent. Dans une IRM, cela indique la création d’une cavité ou tribonucléation. Lorsque les surfaces des os se rejoignent, la bulle disparaît rapidement. Mais cela arrive après que le bruit a été émis, contrairement à ce qu’on pensait. »

Maintenant qu’ils ont mis fin à un débat qui datait du milieu du siècle dernier, les chercheurs pourront se pencher sur la question subsidiaire qui accompagne tout débat sur les craquements de doigt : est-ce nocif ?

bigbrowser.blog.lemonde.fr/