Dans la publication du quotidien «  L’AS », du Mardi 12 Mai 2015, sous le N° 2886, à la page 9, sous la plume de Salma Fall, stagiaire, le « phénomène », Wally Seck, interpelle  le Chef de l’Etat Macky Sall, sur une promesse qui serait non tenue. L’article a provoqué en moi une double incompréhension. Dans le fond comme dans la forme de cette adresse au Président de la République du Sénégal.

« Je m’adresse à vous, Président Macky Sall. Lors d’une audience que vous m’avez accordée, vous aviez promis de faire certaines choses pour moi, mais depuis lors je n’ai encore rien vu. J’espère que je ne serai pas déçu », ai-je lu dans l’article, citant le jeune artiste. J’ai failli tomber des nues à la lecture de ce passage, soufflé par un vent de honte, secoué par un séisme d’incompréhension,  que j’ai été.

Trois soirées dansantes pour célébrer son anniversaire, je n’y vois pas d’inconvénient. S’il y en avait encore, je ne piperai mot. Ce n’est pas mon problème. Mais de là à apostropher le Premier des sénégalais, – si cette promesse a eu lieu et qu’elle ne soit pas tenue -, je m’en offusque, en tant que citoyen, soucieux de l’image de la République.

Trois soirées dansantes de suite. Une manne d’argent, si on se limitait simplement aux ventes de tickets d’entrée, compte non tenu des offrandes. Qu’est-ce qu’il a à attendre donc des promesses du Président Sall ? Cupidité ? Non. Je crois plutôt qu’il y a une volonté, nourrie ou inconsciente, de souiller l’image du chef de l’Etat. A quel profit ? Je me réserve de fabriquer des canulars.

Pourquoi le chef de l’Etat a-t-il reçu ce garçon ? En tant que sénégalais qui en ait émis le souhait, je suis d’accord. Que ce soit une initiative de Macky Sall, je suis d’accord. Mais si le chef de l’Etat a reçu ce « phénomène », grâce à une certaine une opinion (une opinion incertaine, à mon avis), ce n’est pas sérieux. Un « phénomène », on l’analyse pour le comprendre.

A mon avis, ce petit est une création d’un groupe de média (je ne remets pas en cause son mérite) pour appâter sa sœur. Et le groupe est actionné pour faire autant de promotion à sa faveur qu’il soit qualifié de phénomène. Je peux me tromper, je l’assume. Il est populaire, mais où ? Dans son propre univers, pour son monde à lui, les « Waaliyen » ou je ne sais qui. C’est avéré.

Supposons que cette rencontre ait eu lieu et que le président de la république ait promis « des choses » à Wally. Quel est le mérite de Wally pour recevoir quoi que ce soit de l’Institution Macky Sall, fut-ce ses fonds politiques ? Est-ce parce qu’il drainerait des jeunes et des enfants derrière son pantalon que certains qualifient de short d’homosexuels ? Je n’en vois pas de prix.

Pourquoi Wally a-t-il senti l’utilité de s’adresser aussi maladroitement à notre Président de cette manière, par voie de presse ? Pour se faire remarquer ? Pour qui se prend ce gosse ? Une autorité au Sénégal ? Le rêve est permis, de même que la prétention. Mais il faut que ce môme sache raison garder, ainsi que ceux l’ont aidé à faire cette communication puante.

Mais le Chef de l’Etat a lui-même reconnu, devant la presse, que le régime a des problèmes dans sa communication. Ça ne se limite pas, à mon avis, à l’échec dans la vulgarisation des réalisations du Pouvoir. Il faut y adjoindre, les maladresses du Pool de Communication de la Présidence qui, d’Abou Abel Thiam à nos jours, en passant par Souleymane Jules Diop, titube encore.

Ça va dans tous sens, souvent dans la mauvaise direction. Comment en est-on arrivé à ce que Wally Seck interpelle le Chef de l’Etat sur ce ton ? Qui lui a offert cette occasion de se foutre des sénégalais, comme si lui, représentait je ne sais quoi, pour réclamer « des choses » au Président. Le service Com du Palais s’est-il laissé emporter par les eaux obscures de popularité de ce gamin ?

Je demande, à mon tour, formellement, à M. Sall, de ne rien lui donner. En tant sénégalais, tout court. Je prie aussi, du fond de mon cœur citoyen, que ce service qui reçoit et traite les demandes d’audience ou organise les rencontres du président, de limiter les inélégances du genre à recevoir des gens qui ne méritent pas « l’HONNEUR » de faire face à un Président dans la vie !

Mamadou Lamine BA

Citoyen sénégalais, ballamine@gmail.com – 70 203 16 81