Le Master Aménagement et Gestion Urbaine en Afrique du département de Géographie en partenariat avec le Club de Réflexion sur l’Urbain a organisé, le 28 août 2015, un panel portant sur le thème général « Urbanisme, Architecture et sécurité urbaine : construire des partenariats pour des villes sûres ». Ce panel s’est tenu à la salle de soutenance de la faculté des lettres et des sciences humaines. A cet effet, quatre sujets ont été développés par Mme Maye Seck Sy, le docteur Djibril Diop, l’architecte M. Mbacké Niang et le journaliste Mame Aly Konté. Ainsi, le docteur Serigne Mansour Tall en sa qualité de modérateur a introduit tour à tour les différents panélistes. En effet, la rencontre a réuni d’éminentes personnalités qui traitent de la question urbaine, ainsi que des étudiants. L’objectif vise à mener une réflexion prospective sur les modes de gestion de la sécurité urbaine.

Le premier panéliste qui est intervenu sur la question relative à la « mieux comprendre pour mieux agir » est largement revenu sur les différentes approches liées à la sécurité. C’est à ce titre que l’experte en sécurité urbaine a distingué une approche très régalienne de la sécurité détenue par la police, et une approche plus axée sur les personnes ayant une dimension plus humaine que la première. A ce propos, elle a montré que cette évolution a donné la naissance à une palette d’intervention notamment à (i) une prévention primaire, (ii) une prévention secondaire et (iii) une prévention tertiaire. Par ailleurs, elle a montré que l’environnement a un impact sur les questions liées à la sécurité. Enfin, M. Sy a expliqué que la sécurité doit être coproduite par les habitants et les autorités à la base.

Le Docteur Djibril Diop de l’université de Montréal, deuxième intervenant du panel, est revenu sur le thème « gouvernance urbaine et la sécurité ». Le prétexte choisit pour le géographe de formation de revenir sur l’urbanisation qui selon lui est irréversible. Par ailleurs, il montre que cette croissance des villes se fait sans développement économique avec un changement des modes de vie, des modes de consommation, des modes de production, etc. Ainsi, il a montré que toutes ces évolutions ont complexifié la gouvernance urbaine, donnant lieu à un le défi lié à la mondialisation, un défi financier, un défi démocratique ou de la bonne gouvernance. Par ailleurs, le panéliste revenant sur la problématique de la question de sécurité urbaine a développé l’idée selon laquelle l’insécurité se manifeste de diverses manières avec des causes multiples. Face à cette situation les autorités travaillent pour contenir les problèmes, au Sénégal par la police de proximité, la police municipale. Il a également montré que les populations essaient de s’organiser par des comités de surveillance, bien qu’en déphasage total avec la loi, pour faire face à l’insécurité.

La troisième intervention qui a porté sur le thème « Architecture, ville et sécurité urbaine à Dakar, dans le contexte de développement durable » a été l’occasion pour l’architecte de revenir sur le développent durable. Par ailleurs, il est revenu sur l’approche systémique de prendre en question les problèmes de la ville. En effet, de l’échelle de la parcelle à l’échelle de la ville, les questions de sécurité sont des questions de développement. Il affirme que la préoccupation des architectes, c’est le bien-être des gens dans un espace, le confort. Par ailleurs, il a expliqué que l’insécurité doit être insérée dans toutes les problématiques. Dans sa partie finale, Il est revenu sur l’intérêt de mettre en relation l’aménagement du territoire, l’urbanisme, l’architecture, la construction, pour avoir un résultat assumé par l’ensemble des acteurs.

Le journaliste Mame Aly Konté, le quatrième panéliste a saisi l’occasion pour présenter deux articles. D’une part, un article d’alerte qui dénonce et, d’autre part, un article qui propose des recommandations. Dans le premier article intitulé « Dakar, un monstre qui bouscule toutes les échéances » le panéliste a montré le piège du gigantisme et du désir d’être toujours plus grand, plus attrayant que les autres de la capitale dakaroise. Par ailleurs, le second article, l’univers de la smart city, qui selon le journaliste est une ville en connexion ou l’information est utilisée comme un levier de sécurité. Enfin, il est revenu sur l’absence des médias dans les problèmes liés à l’urbain, à la sécurité. C’est à ce titre qu’il a invité les journalistes à l’investigation pour la production de journaux intelligents et intelligibles.

Enfin, ce sont les propos de M. Serigne Mansour Tall qui ont mis fin au panel. Une occasion saison par le modérateur pour faire la synthèse des différentes interventions des panélistes. Ensuite, une série de questions et des approfondissements ont été apportées par les invités venus à l’occasion de cette conférence très riche sur les questions de la sécurité urbaine.

1 COMMENTAIRE

  1. C’est intéressant mais je vous suggère d’éviter les fautes et autres erreurs de frappe. Vous etes un journal universitaire, n’est-ce pas ? .