Le Sénégal a procédé le 30 avril dernier à la mise  en place d’un Fonds National Climat lors d’un atelier tenu à Dakar et présidé par le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable (MEDD) Abdoulaye Bibi Baldé et en présence de partenaires techniques et financiers.

Le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, à travers la Direction de Financements Verts et des Partenariats, le Comité National Changement Climatique (COMNAACC) et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ont conduit le processus de mise en place du FNC selon la note de présentation remise à la presse.

Au Sénégal, la vulnérabilité aux changements climatiques a eu des effets sur le mode de vie et les moyens de subsistance des populations, notamment celles des zones côtières, du bassin arachadier et de la zone sylvo-pastorale du « Ferlo ».

Le défi actuel de développement, décliné dans la Plan Sénégal Emergent (PSE) est la poursuite de l’amélioration durable des conditions de vie des populations par des prises de décisions et des actions visant à réduire la pauvreté et à promouvoir le développement durable.

Les enjeux sont d’intégrer la finance climatique dans le financement du développement économique et social du Sénégal (PSE), accroître la résilience du pays aux effets néfastes du changement climatique et contribuer à l’effort mondial de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Dans le domaine de l’environnement, au niveau international, le financement de la lutte contre les changements climatiques est l’un des enjeux les plus importants à l’échelle mondiale au cours de ces deux dernières décennies.

Ce financement, selon le document remis à la presse, est un élément essentiel des initiatives menées dans les pays en développement pour renforcer leur capacité de résistance aux changements climatiques, limiter les émissions de gaz à effet de serre et soutenir le passage à un développement durable.

Parmi la vingtaine de mécanismes de financement mise en place, le Fonds Vert Climat, qui ambitionne de mobiliser 100 milliards de dollars Us par an d’ici 2020, est l’un des principaux instruments de financement climat.

Objectifs – Les Objectifs visés sont de mobiliser 60 millions de dollars Us par an pour le financement de projets et programmes sur le climat et le développement durable, ede saisir les nouvelles opportunités de partenariats et de financements internationaux offertes par le Fonds Vert Climat et les autres fonds assimilés, d’améliorer l’efficacité de l’aide internationale pour l’environnement et le développement durable au Sénégal et de renforcer les capacités nationales pour améliorer la cohérence au niveau de l’élaboration des projets et programmes ainsi que leur efficacité.

Alimentation du Fonds national Climat : l’objectif premier du FNC est de mobiliser et d’investir un montant de soixante millions dollars Us par an pour lutter contre les effets néfastes des changements climatiques et le développement durable.

La contribution attendue de l’Etat du Sénégal s’élève à 10 millions dollar US par an soit 5 milliards FCFA par an à partir d’une dotation annuelle du budget de l’Etat, de mécanismes de financements innovants d’investissements verts, de la contribution des collectivités locales, de la contribution du secteur privé dans le cadre de la RSE ou du PPP, de dons et legs…

La contribution attendue des Partenaires Techniques et Financiers et des autres donateurs est évaluée à 50 millions dollar US par an. Ces ressources financières seront notamment composées de : fonds mobilisés par le partenaire stratégique au titre du FNC/Sénégal, le PNUD pourrait lever jusqu’à 20 millions de dollars US par an, fonds mobilisés par le Centre de Suivi Ecologique accrédité comme entité nationale pour la mise en œuvre du Fonds Vert Climat dont les montants peuvent atteindre 10 millions de dollars Us par an, les Partenaires Techniques et Financiers et autres donateurs réunis par les Entités nationales accréditées (banques et secteur privé) pourront mobiliser 20 millions de dollars Us.

Organes et Dispositifs Institutionnel. Pour ce qui est des organes et dispositif institutionnel du FNC, il y a un Organe National pour l’Orientation Stratégique (ONOS), présidé par le Ministre de l’Environnement et du développement durable (MEDD), un Comité National de Pilotage du Fonds (CNPF), présidé par le Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan (MEFP), un partenaire stratégique- le PNUD accrédité par le « Fonds Vert Climat » pour l’administration temporaire d’une partie du FNC (mobilisation des financements et gestion fiduciaire), la formation pour l’accréditation des entités nationales et le renforcement des capacités, des entités nationales comme le Centre de Suivi Ecologique (CSE) accréditée par le Fonds vert climat, des Partenaires Techniques et Financiers (PFT) et autres donateurs, des Organisations participantes (Institutions étatiques et collectives locales, le secteur privé non bancaire ( grosses entreprises, Pme/Pmi, Gie etc), société civile dont Ong, intermédiaires financiers (banques, institutions de micro finances –IMF- et Caisse de dépôts et consignations (CDC).

Pour finir le FNC fera l’objet d’évaluations statutaires indépendantes et formelles dans une démarche concentrée entre le Gouvernement du Sénégal et ses partenariats/parties prenantes.

Gfm.sn

 

 

RÉAGIR À CET ARTICLE

Please enter your comment!
Please enter your name here