L’Afrique est réputée comme étant un pays mystique et où la sorcellerie a une place prépondérante dans la société. Des innocents sont sacrifiés en vue d’acquérir le pouvoir et la richesse, les plus exposés sont les albinos qui vivent dans la tourmente, dans une peur totale. Jours pour jours, les médias relatent des actes ignobles sur cette couche.

Folie ou ignorance ?

En Tanzanie cette pratique a pris une tournure telle que la police a procédé à l’arrestation de plus de 200 sorciers dans leur campagne pour mettre fin aux meurtres et mutilations d’albinos. Les croyances leur attribuant des pouvoirs magiques sont à l’origine de ces crimes. Au Cameroun, un Etat situé entre l’Afrique centrale et occidentale, si un volcan entre en éruption, certaines croyances trouvent que seul le sang versé d’un albinos est capable d’arrêter la montagne. Au Burundi, un pays de l’Afrique de l’Est, à l’approche des élections, les agressions se multiplient. D’aucuns vont même jusqu’à croire que manger le sexe d’un albinos apporterait pouvoir et richesse. Dans beaucoup de pays africains il y a un trafic d’organes d’albinos pour la confection de gris-gris, des femmes albinos sont violées or, cette maladie n’est une anomalie congénitale et héréditaire due à l’absence de mélanine.

L’albinisme est une particularité génétique héréditaire qui touche les mammifères, les oiseaux, les poissons, les amphibiens et les reptiles, se caractérisant par un déficit de production de mélanine pouvant aller jusqu’à l’absence totale dans l’iris et les téguments(épiderme, poils et cheveux, plumes), malgré la présence normale de cellules pigmentaires. Le plus souvent, la rétine est déficitaire en récepteurs et pigments, particulièrement au niveau de la fovéa qui n’est pas bien constituée (hypoplasie) ; le nerf optique peut également présenter une hypoplasie et la distribution des fibres nerveuses entre les deux yeux est anormale.

Qu’est-ce qui est à l’origine de l’Albinisme ?

La cause la plus évoquée est le mariage entre cousins qui favorise l’engendrement d’enfants albinos, notamment dans les zones où leur taux est élevé. Des recherches menées au Cameroun montrent que sans lien de consanguinité, le risque d’avoir un enfant albinos est de 1 sur 20 000, si deux cousins ont un enfant, le risque passe de 1 à 2 240 soit presque 10 fois plus élevé. La prévalence de l’albinisme dans le monde est d’une naissance sur 20 000.

En Afrique, cette prévalence passe de un sur 4 000, et même 1 sur 1 000 en Tanzanie, au Burundi et au Niger. Cette hausse spectaculaire du risque d’albinisme s’explique par la consanguinité, dans les villages les plus excentrés : des membres de la même famille, même éloignés, peuvent être porteurs de gènes très anciens et favoriser l’albinisme. Dans un brassage plus large, le risque que deux personnes portent les gènes de l’albinisme est considérablement réduit.

En outre, puisque les albinos sont rejetés par la société, ils ont tendance à se regrouper et à s’unir entre eux, les enfants qui naissent de ces unions ne peuvent qu’être des albinos.

Toutes les superstitions qui entourent les albinos sont infondées. Ces fausses croyances font des albinos une couche exposée et les amènent à être persécutés voire assassinés. Ainsi, les gouvernements touchés par ce fléau ont, pour certains, lancé des campagnes d’information, des poursuites judiciaires, pour essayer d’éradiquer ce phénomène. Or, il est établi que manger le sexe d’un albinos ne donne aucun pouvoir. Et que faire l’amour à une femme albinos ne guérirait aucunement du Sida contrairement aux croyances persistantes.

 

 

 

1 COMMENTAIRE