Groupe Sunnite pour la prédication et le djihad, Boko Haram est un mouvement Salafiste djihadiste du nord-est du Nigéria, ayant pour mission d’instaurer un Califat et d’appliquer la Charia. Il est Fondé par Mohamed Yussuf en 2002 à Maiduguri et est parfois qualifié de secte prônant un islam radical et rigoriste. Le mouvement a d’abord revendiqué une affiliation aux talibans afghans, avant de s’associer aux thèses djihadistes d’Al-Qaïda et de l’État islamique. Depuis la mort de Mohamed Yusuf en 2009, son leader est Abubakar Shekau. Le mouvement est à l’origine de nombreux attentats et massacres à l’encontre de populations civiles de toutes confessions, au Nigeria mais aussi au Cameroun, il est classé comme organisation terroriste par le Conseil de sécurité des Nations unies. Le 7 mars 2015, Boko Haram prête allégeance à l’État islamique, ce que ce dernier reconnaît officiellement cinq jours plus tard (Wikipédia).

Leur tête de fil Shekau est déclaré ennemie public en Afrique des Etats-Unis. En novembre 2013, ces derniers classent Boko Haram comme organisation terroriste, ainsi, Washington offre 7 millions de dollars de récompense pour toute information pouvant conduire à la capture d’Abubacar Shekau.

Boko Haram signifie en langue Haoussa « l’Education occidentale est péché ». Ces prédateurs sèment la terreur et le chao sur leur passage. Dans leur palmarès, ils ont eu à effectuer des crimes odieux tels que des massacres de villages tuant ainsi des milliers d’innocents (hommes, femmes comme enfants) ce qui sera à l’origine de l’exil de plus de 70 000 victimes en Six ans de règne. Boko Haram a eu aussi à kidnapper des gens entres autres kidnappings celui des 200 lycéennes. Ils ciblent surtout les écoles, les mosquées, les églises, les bâtiments publics et les forces de l’ordre. Ils revendiquent la création d’un Etat islamique dans le nord du Nigéria largement musulman alors que le sud est plutôt chrétien.

Les agences humanitaires, les organisations non gouvernementales (ONG) et les Nations unies lancent un appel au don. Au total, 174 millions de dollars sont nécessaires pour venir en aide aux réfugiés nigérians victimes de Boko Haram. Ils sont actuellement plus de 192 000 dans les camps installés dans les pays voisins du Nigeria, au Cameroun, au Niger et au Tchad. Selon Liz Ahua, la représentante régionale du Haut-commissariat aux réfugiés (HCR), la situation de ces réfugiés varie d’un pays à l’autre.