Ce vendredi 19 juin 2015, premier jour du Ramadan coïncide avec les anticipés de Philo.  Ainsi, sur tout le territoire national, les candidats passent leur première épreuve des examens de Baccalauréat pour l’obtention du parchemin leur ouvrant les portes de l’Université.

Au lycée Blaise Diagne, les élèves rencontrés à la sortie de cette épreuve affirment que les sujets ont été abordables. Cet élève en Terminale S nous explique son choix  :

« J’ai opté pour le sujet 1 parce qu’il était beaucoup plus facile et beaucoup plus aisé à traiter, d’autant plus que c’est la première partie du programme. Juste demander aux professeurs d’être indulgents ».

Son camarade de Terminale L le rejoint en ces termes :

« Dans l’ensemble, c’était abordable juste que jeûner et venir faire examen n’est pas chose aisée. Nous prions en ce mois béni du Ramadan que les professeurs ne soient pas sévères ».

Selon Monsieur Diouf, Professeur de philo au lycée Blaise Diagne, les sujets étaient normalement à la portée des élèves. A ce titre, il donne son impression

« Concernant les littéraires, leur premier sujet renvoie à la philosophie, le deuxième à la partie esthétique et le texte  renvoie au domaine 2,  c’est-à-dire à la culture. Pour la série scientifique, le premier renvoie aussi au domaine 1 de la philosophie, le deuxième au domaine 2 en l’occurrence à l’Etat et le texte à l’épistémologie. En principe, c’est des sujets où les élèves devraient pouvoir être à l’aise. Cependant, la philosophie est une matière relative et c’est pourquoi on se réunit au sein d’une commission  pendant trois jours pour réfléchir sur  tous les sujets, dégager des canevas de correction et dégager des perspectives car les réponses sont plurielles ».

Du coté de l’administration, le Surveillant général en l’occurrence Monsieur Diagne nous confie :

« Il n’y a pas eu d’ennuis ; les surveillants sont venus en masse et les élèves à l’heure. Dans l’ensemble, tout va pour le mieux et aucun incident n’a été enregistré ».

Interrogé sur l’épreuve, le Président du jury semble tout aussi satisfait. Il renchérit :

« Les surveillants sont venus massivement mais  le seul phénomène à déplorer c’est le fait que les surveillants ne font pas correctement leur travail. Comme vous le voyez, je fais le tour des salles pour  voir s’il n’y a pas de problèmes. Les cas de fraude sont toujours notés parce qu’il y’a de ces élèves dont la stratégie est de tricher. Ils ne fournissent aucun effort et veulent réussir à tout prix. Avec les nouvelles technologies, la tricherie a pris une autre tournure. Les fraudes sont remarquées le plus souvent par les Présidents de jury eux-mêmes. Mais je reste satisfait du fait que l’on a commencé à temps et que les surveillants ont répondu présents ».

Si certains élèves paraissent stressés, d’autres s’en remettent tout simplement à l’Être Suprême. Ils espèrent que les professeurs se montrent indulgents à leur égard et que les matières à venir soient tout aussi abordables que ces épreuves anticipées de philosophie.