C’est une avancée dans le domaine de la santé. Des chirurgiens britanniques ont relancé un cœur qui avait cessé de battre puis l’ont transplanté sur un patient. Une innovation technologique qui permettrait d’augmenter le nombre de cœurs disponibles pour une greffe d’au moins 25 %.

Il est aujourd’hui possible d’utiliser un cœur qui a cessé de battre pour le greffer sur un patient qui en a besoin. Au Royaume-Uni, un patient a bénéficié de la transplantation d’un cœur qui s’était arrêté de battre et que les médecins ont réussi à faire repartir. Ce type d’opération a déjà été réalisé en Australie en 2014. Huseyin Ulucan, le patient de 60 ans récemment greffé, a été victime d’une attaque cardiaque en 2008. Il attendait une greffe du cœur depuis près de 7 ans.

Les chirurgiens redémarrent le cœur après son arrêt

L’homme a bénéficié d’une nouvelle technique qui permet de prélever l’organe d’une personne dont le cœur et les poumons ont arrêté de fonctionner. Les chirurgiens réactivent alors le cœur cinq minutes après son arrêt, le mettent sous perfusion et le placent dans un incubateur développé par une société américaine pour le transporter. Jusqu’à présent, les greffons utilisés pour une transplantation provenaient de donneurs en état de mort cérébrale, mais dont le cœur battait toujours. Cet organe ne peut normalement pas être implanté lorsqu’il ne bat plus.

Augmentation de 25 % des greffons disponibles

Depuis l’opération, Huseyin Ulucan se porte bien et assure qu’il se sent “un peu plus fort chaque jour”.
Une avancée médicale de taille pour les personnes en attente de greffe. Le nombre d’organes disponibles pour des transplantations pourrait augmenter de 25 % grâce à cette technique.