En ce mois béni du Ramadan, bon nombre d’habitudes changent chez les étudiants. Ainsi, à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD), et surtout en période de révision pour les examens du second semestre qui coïncide avec le Ramadan, les étudiants codifient le bois sacré. Et cela, en vue d’avoir un cadre propice à leur révision et la sérénité tant recherchée dans les salles de révision.

Du coté des étudiants, cette alliance est un vrai parcours de combattant car, ce n’est vraiment pas aisé d’allier aucune activité au jeûne. Si D’aucuns se soucient du fait d’un manque d’infrastructures notoires en l’occurrence les bancs publics et les salles de classe, ne les facilitant pas les choses, D’autres mettent l’accent sur les problèmes de transport qu’ils rencontrent durant ce mois béni.

Un tour sur les dits lieux nous a permis de recueillir les propos des étudiants sur l’Alliance « Révision- Ramadan ».

Assise sur une brique et adossée à un arbre, Fatou Niass de la Fac droit nous confie « les salles de révision sont en ce moment pleines et en plus, il n’y a pas de calme. Tantôt ce sont les téléphones portables qui ne sont pas sous mode silencieux, tantôt un groupe d’étudiants qui travaillent en gênant les autres. Je trouve que le bois sacré est un endroit idéal pour les révisions surtout en ce mois de Ramadan. On y retrouve le calme et une fraîcheur naturelle, le seul problème réside dans le fait qu’il n’y a pas de jardins publics et qu’on est obligé de s’asseoir à même le sol. Il serait préférable qu’on y implante des bancs ».

Son confrère le rejoint en ces termes «  en ce moment, les salles de travail du nouveau bâtiment sont fermées c’est ce qui me pousse à venir jusqu’ici. Et, l’ambiance est parfaite pour bien réviser et oublier sa faim. Cependant,  que l’administration fasse son travail parce que les conditions ne sont vraiment pas réunies pour réviser convenablement et réussir».

De l’autre côté des bois, un groupe d’étudiants de «  futurs juristes » s’active à la discussion. Sur le thème posé, l’un d’eux affirme que «  le bois sacré est beaucoup plus spacieux et paisible. Pendant le mois de Ramadan, l’on a besoin de calme et de fraîcheur. En outre, lorsque nous avons terminé de réviser, nous discutons des sujets d’examen ou d’actualité et, nous ne nous apercevons même pas du temps qu’il fait. Il est important d’y aménager des jardins publics. Cela contribuerait non seulement à enjoliver cette partie de l’Ucad mais aussi à nous offrir un cadre de vie idéale à notre épanouissement».

Son camarade quant à lui  soutient que « c’est en ce mois que j’ai plus de temps pour réviser parce que je ne suis plus tenu de faire la queue pour le déjeuner. Le temps que je perdais à suivre une longue file je le consacre à mes révisions et je trouve aussi que je fais beaucoup plus d’économie en ce mois. Et, pour ne pas passer tout mon temps à dormir, je pars dans le bois sacré pour m’occuper à réviser ».

De son côté, Ndiaye l’autre membre du groupe qui rallie chaque jour la Banlieue et l’Université d’ajouter « au mois de Ramadan, tu es motivé par tes amis qui empruntent chaque jour les routes des espaces universitaires. Je quitte Thiaroye pour venir faire cours et réviser entre amis. C’est un peu dur surtout en ce mois où il y a d’abord la fatigue, et après à la descente affronter les moyens de transports qui sont surchargés ».

Tout compte fait, le couple Ramadan- Révision n’est pas chose facile pour les étudiants. Cependant, Les problèmes notés sont surtout liés au manque d’infrastructures et la fatigue qui s’accompagne dés fois par le manque de moyens de transport.Que le Très-Haut voit leur sacrifice et les exauce !