En Afrique du Sud, le gouvernement a annoncé l’introduction du chinois comme langue étrangère enseignée dans les écoles. A partir de la prochaine rentrée, le mandarin sera proposé dans certaines écoles publiques dès le collège.

Pour l’instant, quatre universités et une poignée de lycées proposent le mandarin dans leurs programmes de langues étrangères. Le gouvernement veut systématiser l’enseignement de cette langue.

Pour la ministre de l’Education Angie Motshekga, la Chine étant devenue le principal partenaire commercial de l’Afrique du Sud, il est important que les jeunes apprennent cette langue. Les échanges commerciaux entre les deux pays ont doublé en cinq ans pour atteindre les 19 milliards d’euros en 2013.

Pour Iris Wu, enseignante de mandarin dans une école au Cap, il s’agit d’une opportunité supplémentaire pour les jeunes : « Les échanges commerciaux entre la Chine et l’Afrique du Sud sont en augmentation. Les deux gouvernements ont également de nombreux projets communs. Il y a beaucoup de sociétés chinoises qui coopèrent avec des sociétés sud-africaines dans le secteur des mines et le secteur manufacturier. Et les élèves pensent que cette langue est devenue très importante. »

Ces dernières années, la Chine a investi dans les Telecom sud-africaines, l’infrastructure, l’agriculture et, plus récemment, dans la banque. Autre attrait pour Iris Wu : le tourisme.

L’année dernière, près de 150 000 touristes chinois ont visité l’Afrique du Sud.

rfi.fr