Le Procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, n’est pas d’accord avec le Doyen des juges, Mahawa Sémou Diouf, qui a bouclé son instruction dans l’affaire du meurtre de l’étudiant Bassirou Faye. La semaine dernière, le magistrat instructeur avait accordé le non-lieu à Tombong Oualy et Saliou Ndaw, deux éléments du Groupement mobile d’intervention (Gmi) avant de renvoyer Mouhamed Boughaleb, un autre policier, devant la Chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Dakar.

Selon “Libération”, Serigne Bassirou Guèye a interjeté appel de la décision de Mahawa Sémou Diouf, clouant ainsi tous les trois policiers en prison. Il revient à la Chambre d’accusation de la Cour d’appel d’arbitrer et de confirmer ou infirmer la décision du Doyen des juges.

On se rappelle que dans la journée du 14 août 2014, de violentes manifestations ont eu lieu au campus social de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. La police avait essayé de contenir les étudiants déchaînés et avait même été obligée d’assaillir le campus. Résultats, plusieurs blessés avaient été déplorés parmi les étudiants et les forces de l’ordre, tous pris en charge par les services d’urgence des différents centres hospitaliers de Dakar.

Malheureusement, à 16h 30 mn, l’étudiant Bassirou Faye avait succombé à ses blessures, foudroyé par une balle. Aussitôt, le Président de la République avait sorti un communiqué pour exprimer toute sa compassion et ses sincères condoléances à la famille du disparu et à la communauté universitaire.

Le Procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, s’était saisi du dossier et avait organisé une conférence de presse pour dire qu’un suspect a été trouvé. Plus tard, on apprendra qu’il s’agissait du policier Tombong Oualy, arrêté par la Division des investigations criminelle (Dic), déféré au parquet, inculpé par le Doyen des juges, Mahawa Sémou Diouf, de meurtre et placé sous mandat de dépôt à la Maison d’arrêt de Rebeuss (Mar). Les indices de culpabilités qui pesaient sur lui étaient très lourds. Beaucoup pensaient qu’il était le véritable coupable.

Mais la famille du défunt, conforté par les témoignages de témoins, était convaincue que la justice ne tenait pas le coupable. Aussi avait-elle déposé une plainte avec constitution de partie civile devant le Doyen des juges. Mahawa Sémou Diouf avait joint les deux procédures.

Plus tard, deux autres policiers, Saliou Ndaw et Mouhamed Boughaleb, seront également placés sous mandat de dépôt à la Maison d’arrêt de Rebeuss pour le même meurtre. Ce qui avait fini de brouiller les piste du fait que la justice tenait trois présumés coupables alors que Bassirou Faye n’a été tué que par une seule balle. Le Doyen des juges vient ainsi de trancher en désignant Mouhamed Boughaleb comme le coupable et désavouant le Procureur qui, lui, est convaincu depuis le début de la procédure que Tombong Oualy est l’auteur du coup de feu mortel.

seneweb.com