Workplace

Le nom du projet est Workplace (« lieu de travail »). Utilisée en interne par le groupe américain depuis des années, cette plateforme sociale uniquement destinée à un usage professionnel faisait l’objet d’une version bêta privée depuis janvier 2015 auprès de grandes entreprises. Le lancement officiel de ce Workplace vient d’avoir lieu ce 10 octobre 2016 au Royaume-Uni à Londres.

Comme les 1,7 milliard d’utilisateurs de par le monde, nous allons enfin pouvoir surfer au boulot tranquillement sur notre réseau social préféré sans fâcher notre patron. Des chefs d’entreprises qui apprécieront assurément que leurs salariés naviguent enfin sur une version Facebook dédiée au travail et non plus en mode détente pour leurs loisirs. Des collaborateurs heureux car connectés en permanence qui seront 31% plus productif et 55% plus créatif que des employés privés de réseau social, selon certains capitaines d’industries qui ont testé la plateforme dans leur société. Mais la firme américaine espère bien convertir à Facebook, les 3 milliards de personnes travaillant en entreprise actuellement dans le monde, explique Julien Lesaicherre, l’un des responsables de Workplace de la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique.

Mais qu’offre exactement Workplace aux entreprises ?

Workplace offre un fil d’actualités propre aux sociétés utilisatrices, la possibilité de créer des groupes de discussion, des événements, une application de messagerie complétée par des outils collaboratifs et de communication audio et vidéo en haute définition sur le web ou par smartphone. L’outil est extrêmement facile à prendre en main, sans aucune formation préalable des salariés, puisqu’il ressemble comme deux gouttes d’eau au Facebook originel. Mais attention, aucune passerelle avec les comptes publics n’est possible, pour des raisons évidentes de sécurité. Le coût par mois serait de 3 dollars par utilisateur actif à partir du 1er janvier 2017 et l’application, bien qu’officiellement lancée hier, reste gratuite jusqu’au 31 décembre 2016.