Ucad-Colloque sur les villes intelligentes Professeur Papa Sakho Géographie

 

La thématique abordée par le colloque international organisé par le département de géographie renferme un concept méconnu du grand public et nouvellement apparu au département. Il s’agit des ‘’villes intelligentes à la croisée des politiques publiques et des innovations par le bas dans les pays du sud’’ qui a réuni des chercheurs et universitaires d’obédience diverse, du 21 au 23 novembre 2017.

Dans le monde contemporain, une discipline ne peut plus émerger à elle seule sans qu’elle fasse appel à une autre. Parmi un Grand nombre de disciplines apparues dans le 20 ém siècle, rare sont celles qui peuvent aller seules sans s’appuyer sur d’autres. C’est la raison pour laquelle, les chercheurs d’aujourd’hui se retrouvent dans l’obligation d’affronter ce qu’on pourrait appeler  l’interdisciplinarité ou la transdisciplinarité et aucun domaine de la recherche scientifique ne déroge à cette règle. Ainsi  de la science sociale, à la science politique en passant par les sciences humaines, toutes sont concernés. En tout cas ce n’est pas ce concept ‘’villes intelligentes’’ nouvellement connu qui fait l’exception. Ce concept né sous les auspices du marketing et de la science économique et par la suite adopté en géographie. «  Le concept de ‘’villes intelligentes’’ est un questionnement qui est récent au niveau du département de géographie. Le concept de « villes intelligentes » a été longuement souligné. Peut être qu’au début, le concept a été porté par les grands groupes, dans une  dynamique de marketing, de capitalisation,  liée à l’économie néolibérale pour penser comment la ville constitue une opportunité  économique de création de ressources mais également pour développer le capital économique », nous apprend, Momar DIONGUE, enseignant au département de la géographie.

Ce concept a émergé au département de géographie de la Flsh de l’Ucad par le biais d’un travail collectif et depuis, il ne cesse de connaitre une monté fulgurante. « Quand on parle du concept de ville intelligente, par exemple, les « smart city », on pense à Monsieur Gora Mboup (un sénégalais qui est à Onu habitat et qui travaille sur les questions urbaines ndlr). Nous avons édité un ouvrage collectif sur les « smart city » avec des collègues d’Inde, d’Amérique, d’Europe. Dans cet ouvrage publié en 2015  dans une revue internationale, a été l’occasion d’interroger ce concept, de le conceptualiser et de l’appliquer à nos villes comme Dakar. C’est à partir de là que nous avons commencé à travailler sur ces problématiques », renseigne l’enseignant.

Selon ce dernier, une ‘’ville intelligente’’ n’est plus regardée sous l’angle des nouvelles technologies de l’information et de la communication car elle est marquée de nos jours, dans sa structure, par la complicité de « voir comment les différentes facettes de notre société, les différentes dimensions sur lesquelles les sociétés se reposent, l’économie,  le social, la mobilité, les problématiques environnementales, la question de la gouvernance des villes et toutes les infrastructures. Ce sont ces différentes composantes qu’il faut essayer d’articuler, d’analyser de manière croisée pour penser à la ville intelligente ». « Agir à la base de ces différents leviers, mesurer  le poids de ces différentes composantes pour essayer de voir comment ensemble, elles interagissent, comment  les articuler ensemble  pour mieux penser et mieux développer nos villes. C’est donc, un regard croisé, articulé, des interactions entres  différentes composantes qu’on peut penser la ville intelligente », explique-t-il.

Pour sa part, le professeur Pape Sakho, chef du département de géographie, déclare c’est la nouveauté de cet concept qui fait l’originalité de ce colloque. « Ce qui a sous tendu à l’organisation de ce colloque, c’est que les ‘’villes intelligentes’’ est un concept nouveau qui, depuis quelques temps, est  mobilisé par les organismes internationaux et dans nos pays, on voit des projets qui sont battis sur ça. Nous nous sommes dits qu’on a notre espace, à prendre dans cette réflexion. C’est-à-dire que la ‘’ville nouvelle’’ est un concept qui se construit mais peut-elle se construire simplement sur la base de l’idéologie dominante. Je crois que non », renseigne t-il. Avant d’ajouter : « On a le droit de réfléchir parce qu’une ville intelligente peut répondre aux besoins de ses habitants. Nous connaissons les habitants de nos villes. On peut réfléchir comment, est-ce que cette ville rendrait service à ses propres habitants. C’est la base sur laquelle il faut susciter le débat autour de la question ».

2 COMMENTAIRES

  1. très heureux de l’utilisation de ce nouveau concept “ville intelligente” au département de géographie de l’ucad, je salut au passage le personnel du département.

RÉAGIR À CET ARTICLE

Please enter your comment!
Please enter your name here