Ucad-Colloque sur les villes intelligentes Professeur Papa Sakho Géographie

Par Salif Ka, Journal U : Le colloque international lancé hier par le département de géographie de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines (Flsh) de l’Ucad en partenariat avec l’ED ETHOS et le Laboratoire de la Géographie Humaine est un moment fort pour prendre en charge des préoccupations multiples et entend répondre à de nombreuses questions liées aux dysfonctionnements notés dans les villes. C’est un constat établi par le professeur Papa Sakho, Chef du département de géographie, en marge du lancement dudit colloque, hier, à l’Ucad.

Le département de géographie de la faculté des lettres et sciences humaines a lancé hier mardi 21 novembre 2017, un colloque international sur les villes intelligentes à la croisée des politiques publiques et des innovations par le bas dans les pays du sud. Cette rencontre réunit du 21 au 22 novembre d’éminents chercheurs venus de partout à travers le monde. L’intitulé du colloque engrange beaucoup de préoccupations qui pourront aider les autorités publiques à résoudre les problèmes liés aux dysfonctionnements relevés dans les villes africaines, en particulier au Sénégal. « Les préoccupations de ce colloque sont multiples. Il y a la question énergétiques, la question des mobilités, l’effet du changement climatique qui agit. Toutes ces questions méritent des réponses qui peuvent être multiformes  et peuvent s’appuyer sur toutes ces innovations issues de la géographie urbaine. C’est à partir de là que les solutions vont jaillir pour régler tous ces dysfonctionnements et quelques innovation comme par exemple le pole urbain de Diamniadio », a expliqué, hier, le Professeur pape Sakho, Chef du département de géographie.

Pour le Professeur Sakho qui est par ailleurs Directeur du laboratoire de géographie urbaine, l’enjeu lié à ces trois jours de réflexion détermine le rôle que peuvent avoir les productions de connaissances par rapport aux solutions à apporter sur les villes intelligentes à la croisée des politiques publiques. Mais aussi un enjeu, qui peut permettre au sortir de ces ateliers, de rapprocher les décideurs, les professionnels et les chercheurs. « L’enjeu, c’est le fait qu’il y ait interaction entre le décideur, le professionnel et le chercheur autour des questions qui préoccupent. Si on se retrouve autour de ces questions à travers ces échanges, sortiront certainement, des solutions. Avant d’ajouter : « Une ville intelligente est une ville qui “réfléchit” à tout à la fois. Il faut donc réfléchir sur comment et qu’est ce qu’il faudrait arriver à prendre en charge sans qu’on puisse porter préjudice aux équilibres tel que le développement durable. C’est une question  qui est globale, inclusive en quelque sorte ».

Rappelons que ce colloque sur les « les villes intelligentes » se poursuit jusqu’au 23 novembre 2017.

 

 

RÉAGIR À CET ARTICLE

Please enter your comment!
Please enter your name here