Ucad-colloque international sur les villes intelligente

Les organiseurs du colloque international sur les ‘’villes intelligentes’  se félicitent de la réussite des rencontres sur les problématiques des dysfonctionnements sur  les villes modernes, entamées depuis le 21 novembre et qui ont pris fin, ce jeudi 23 novembre 2017.

Le colloque international portant sur ‘’les villes intelligentes’’ organisé par le département de géographie en partenariat avec l’ED ETHOS a pris fin le jeudi 23 novembre 2017, une occasion saisie par le comité d’organisation de cette rencontre de trois jours de réflexion sur les problématiques des villes, pour manifester leur satisfaction sur tous les plans. « Si on met l’accent sur la participation, on peut dire qu’il y’a eu satisfaction. Les échanges, les discussions, les différentes présentations ont permis de s’interroger sur le concept de « villes intelligentes » pour essayer de lui donner un certain contenu, des orientations, des principes, des finalités sur lesquelles il doit s’adosser pour penser à nos projets de société  et essayer de structurer l’aménagement et le développement de nos villes », se félicite, Momar DIONGUE enseignant au département de géographie et membre du comité d’organisation du colloque, lors de la clôture de la table ronde entamée depuis le 21 novembre.

Ces rencontres de trois jours ont été pour lui des moments d’échanges très intéressants dont l’objectif n’a pas été d’aboutir à des résultats mais de s’interroger sur des perspectives permettant de résoudre des dysfonctionnements liés à ce concept nouveau qu’est ‘’les villes intelligentes’’. « L’objectif d’une rencontre scientifique de cette nature n’est pas d’en arriver à des résultats définitifs et calés. C’est un moment d’interrogation, de questionnement mais également de doute et de perspectives. Les perspectives en termes de recherches et de questionnements ont été soulevés en rapport, aux citoyens dans la ville, aux réalités africaines et aux opportunités de rencontres entre le monde de la recherche et celui du développement des collectivités. C’est à ce niveau où réside ainsi l’intérêt d’organiser la table ronde pour voir ensemble, comment dans le cadre des recherches-actions, de projets-actions, on peut essayer d’affronter les défis et les projets de nos sociétés pour essayer de les faire travailler ensemble dans la recherche-action afin de réussir le développement et l’aménagement de notre pays », précise, monsieur DIONGUE.

Abondant dans le même sens, le professeur Pape Sakho, chef du département de géographie et membre du comité scientifique dudit colloque, magnifie la pertinence de la thématique tout en saluant la présence du public venu  de divers horizons. « Nous tirons une bonne impression générale de l’activité, dans la mesure où, ce n’est pas nous organisateurs simplement qui se sont retrouvés autour de cette problématique nouvelle de « villes intelligentes » mais plutôt des chercheurs mais aussi des opérationnels. C’est parce qu’il s’agit et surtout des projets naissants qui méritent qu’on puisse étudier davantage les contours pour éclairer leurs promoteurs », constate-il. Non sans oublier les étudiants qui sont reprochés parfois de ne pas assister à la clôture de ces genres de rencontres qui tirent souvent en longueur. « Nous sommes également satisfaits, dans la mesure où les étudiants, les doctorants,  ont été assidus et attentifs tout au long de l’activité. Ceci prouve donc qu’il y a des initiateurs sur qui on peut compter pour la relève de demain », laisse t-il entendre dans une salle remplie de monde.

RÉAGIR À CET ARTICLE

Please enter your comment!
Please enter your name here