Technologie pour réduire le temps d’attente aux feux

Le temps que les automobilistes perdent dans les zones urbaines en raison de l’attente aux feux de circulation pourrait être sensiblement raccourci. C’est ce que Stephen Smith, un professeur de robotique à l’Université Carnegie-Mellon, a démontré.

Selon Smith, en utilisant l’intelligence artificielle, on pourrait minimiser l’attente aux intersections. Selon ce spécialiste du robot, il serait ainsi possible de créer un flux de circulation optimal.

Surtrac, l’entreprise que Smith a fondée dans le secteur de la technologie, a déjà commencé l’installation du système dans plusieurs villes américaines. Pour chaque intersection, l’équipement coûte 20 000 $.

« Dans les villes des États-Unis, les automobilistes perdent 40 % de leur temps dans les embouteillages », affirme Stephen Smith. « Une étude a montré que l’automobiliste américain moyen gaspillait chaque année 42 heures dans les embouteillages. À New York, cela monte même à 89 heures ».

Selon lui, le problème vient du fait que le trafic automobile a connu une énorme évolution au cours des 50 dernières années, tandis que les systèmes de signalisation n’ont pratiquement pas changé.

Pittsburgh et Atlanta en villes pilotes

Les voitures automotrices contribueront certainement à résoudre certains problèmes, mais en attendant, l’intelligence artificielle peut permettre d’obtenir une meilleure organisation du trafic.

Un certain nombre d’expériences ont déjà été menées dans les villes de Pittsburgh et d’Atlanta avec le système de Stephen Smith. Une première évaluation a montré que l’utilisation de la technologie à Pittsburgh permettait de réduire de 25 % le temps de trajet du conducteur individuel. De plus, le temps passé dans les embouteillages pouvait être réduit de 40 %.

« Surtrac étudie les flux de circulation avec des caméras et des radars », explique le professeur. « Sur base de ces informations, le système contrôle les feux de circulation aux carrefours. »

Les villes américaines de Beverly Hills et Portland ont aussi commandé les technologies de Smith. De même, la métropole arabe de Dubaï voudrait aussi faire appel à Surtrac.

Smith reconnaît que ces dernières années, beaucoup d’applications ont été lancées pour guider les conducteurs dans la circulation. Mais selon lui, il ne s’agit que de mesures d’urgence. Pour le moment, il n’existe aucune application capable d’influencer l’infrastructure de la circulation elle-même.

RÉAGIR À CET ARTICLE

Please enter your comment!
Please enter your name here