Rentrée Scolaire 2017-2018

La rentrée scolaire 2017-2018 organisée lundi sur toute l’étendue du territoire sénégalais a été comme l’année précédente placée sous le slogan ‘’Ubi Tey, Jang Tey’’ (démarrer les apprentissages le jour de la rentrée) en wolof. En effet, quelques couacs surgissent encore dans certains établissements même si les autorités se félicitent de la réussite de ce concept initié par le ministère de l’éducationnelle, il y a deux ans et qui favorise le démarrage effectif des cours au premier jour de la rentrée scolaire.  

 DAKAR : le concept ‘’Ubi tey jang tey’’ faussé par les écoliers dans certains établissements

Après la rentrée du personnel enseignant le 4 octobre, les élèves étaient appelés à reprendre le chemin des écoles ce lundi 9 octobre, mais peu d’écoliers étaient présents ce matin dans la plupart des établissements. «Du côté de l’école et des professeurs, nous sommes fin prêts pour démarrer les cours le jour de la rentrée, mais les élèves n’ont pas répondu présent », renseigne le proviseur du lycée Blaise Diagne, Kao Diaby. Sur la base de ce constat, M. Diaby estime que le concept ‘’Ubi tey, Jang tey’’ doit être « approprié par tous les acteurs du secteur pour qu’elle soit une réalité ». « Toutes les conditions étaient réunies pour démarrer les cours aujourd’hui (lundi). Le corps professoral est là, le matériel didactique aussi. Mais il n’y a pratiquement pas d’apprenants », a-t-il encore fait valoir, assurant que « les emplois du temps de toutes les classes ont été établis ».

  1. Daby soutient tout de même que les élèves de la Terminale S1 de son établissement ont effectivement démarré les enseignements « depuis le mois de septembre ».

Le principal du collège d’enseignement moyen Adama Ndiaye (Grand- Dakar), Babacar Mbaye, partant du même constat de la non-effectivité du concept ‘’Ubi tey, Jang tey’’, suggère la sensibilisation. De cette manière, les parents seraient habitués à amener leurs enfants à l’école dès le jour de la rentrée. « Les élèves peuvent assister aux cours, sans payer les frais d’inscription qui peuvent être réglés sur le tard », note-il, en signalant qu’il “moins de 100 élèves » présents ce matin dans son établissement. « Depuis 8 heures, on n’a vu qu’une centaine d’élèves, dont la majeur partie n’est pas venue pour apprendre (parce que sans bagages), mais pour retrouver leurs camarades », explique M. Mbaye.

THIES : l’ « objectif du concept ‘’uby tey jang tey’’ est  atteint », selon les autorités

Les autorités administratives et éducatives de Thiès ont constaté de visu le bon début des cours au premier jour de la rentrée des classes, à l’occasion de la traditionnelle tournée qu’elles effectuent dans les établissements scolaires. Cette visite s’est déroulée sous la conduite de l’adjoint au gouverneur chargé des affaires administratives accompagné de l’inspecteur d’académie de Thiès et des acteurs de la communauté éducative. Les autorités ont visité les écoles privées, l’école maternelle publique, le CEM Djibril Diaw, l’école de Fayu, des établissements de Pout et Fandène.

Partout, les élèves, accompagnés de leurs parents, étaient massivement au rendez-vous, pour remplir les formalités d’inscription. « La rentrée scolaire est un processus et le ministre de l’Education nationale, à l’occasion de la réunion de rentrée avec les inspecteurs d’académie et les inspecteurs de l’éducation et de la formation, avait dégagé sept ambitions pour l’année scolaire 2017-2018 », a dit l’inspecteur d’académie de Thiès, Pape Baba Diassé, au terme de la tournée.

Selon lui, l’une des ambitions fixées par le ministère de l’Education, c’est le démarrage effectif des cours dès le premier jour de la rentrée, conformément au slogan ‘’Ubi Tey Jang Tey’’ (démarrer les enseignements-apprentissages dès le premier jour de la rentrée). « Après la réunion de la rentrée, nous avons partagé avec les inspecteurs de l’éducation et de la formation (IEF) pour rendre effectif le démarrage des cours dans 5 écoles préscolaires, 10 écoles élémentaires, 5 collèges et 5 lycées au niveau de l’Académie de Thiès », a-t-il rappelé.

Pour ce faire, les acteurs de l’éducation se sont organisés pour concrétiser cette volonté déclinée par les pouvoirs publics à travers le concept ‘’Ubi Tey Jang Tey’’. « Aujourd’hui, le travail a été fait avec l’ensemble de la communauté éducative, les parents d’élèves, les chefs d’établissement, les enseignants, les équipes pédagogiques, l’administration avec le gouverneur et les préfets, les collectivités locales pour préparer en amont tout le matériel nécessaire, les intrants qui permettent le démarrage effectif des cours », a indiqué M. Diassé.

Selon lui, l’objectif de la tournée de l’inspection d’académie dans quelques écoles du département de Thiès est de vérifier le démarrage des cours dans les différents niveaux d’enseignement. « A l’occasion de la tournée de rentrée, nous avons choisi un échantillon assez représentatif au niveau du préscolaire, de l’élémentaire et nous nous rendons compte que partout où nous sommes allés, nous avons trouvé les enseignants sur place, les chefs d’établissement, les élèves, les parents d’élèves’’, s’est-il félicité.

Pape Baba Diassé s’engage à travailler davantage pour que les autres établissements puissent suivre le pas et commencer très rapidement les cours. « Nous avons constaté dans les salles de classes que le démarrage est effectif. Au niveau de l’académie de Thiès, nous avons pu atteindre cet objectif. Nous allons travailler pour que la rentrée puisse être effective partout dans l’académie et que les cours puissent démarrer également partout », a-t-il fait savoir.

MBOUR : tout est mis en place pour le démarrage immédiat des cours

Le concept “Ubi Tey, Jang Tey” est devenu une réalité, dans la plupart des établissements scolaires de Mbour (ouest) où toutes les dispositions ont été prises pour un démarrage effectif des cours au premier jour de la rentrée scolaire, a indiqué lundi le préfet du département, Saër Ndao. Il a visité plusieurs établissements de la ville de Mbour à l’occasion de la rentrée des classes. Le préfet était accompagné de l’inspecteur de l’éducation et de la formation de la première circonscription éducative de Mbour (IEF 1), du président de l’association départementale des parents d’élèves, entre autres responsables.  « Nous avons visité des établissements préscolaire, élémentaire et moyen-secondaire pour voir d’abord l’effectivité de la rentrée et ensuite passer au concept ‘’Ubi Tey, Jang Tey’’ qui en réalité devait être notre règle d’ordre général », a souligné le préfet du département de Mbour. « Nous devrions faire de sorte que dès le premier jour de la rentrée, tout soit mis en place pour que les enseignements puissent démarrer », a ajouté Saër Ndao.

Selon lui, une effectivité de la rentrée des classes implique la responsabilité des enseignants, des élèves, du corps d’encadrement mais aussi et surtout des parents d’élèves.  « C’est ceci tout combiné qui fait une bonne rentrée scolaire », a indiqué M. Ndao, précisant que dans toutes les écoles qu’il a visitées, le concept “Ubi Tey, Jang Tey” est mis en œuvre puisqu’il y a des classes qui ont commencé à fonctionner.

Pour le proviseur du lycée Demba Diop, Yankhoba Niassy, « ce qui fut un rêve est devenu une réalité que nous comptons pérenniser, parce que tout est mis à contribution pour que, désormais, ce concept-là soit inscrit dans le vécu de la communauté éducative du lycée Demba Diop ».

Pour son collègue, Ousmane Sow, nouveau directeur de l’école élémentaire Cheikh Mbaba Sow de Mbour, la situation est en train de se stabiliser. Il a fait savoir que l’essentiel des élèves sont déjà inscrits au Cours d’initiation (CI), alors que les “anciens” sont sur place.

KAOLACK : le gouverneur salue le “démarrage effectif” des apprentissages

Le gouverneur de Kaolack, Al Hassan Sall, a salué lundi “l’effectivité du démarrage” des apprentissages dans écoles publiques de cette région du centre du pays au premier jour de la rentrée des classes. « Je voudrais exprimer un sentiment de satisfaction justifié par l’effectivité du souhait exprimé par toute la communauté de faire démarrer les cours le jour de la rentrée des classes », a-t-il déclaré à des journalistes à l’issue d’une tournée dans différents établissements scolaires à l’occasion de la rentrée des classes. Avant d’ajouter : « Nous avons partout constaté la présence du personnel enseignant, du personnel administratif et surtout des élèves. Nous avons pu constater le démarrage effectif des cours ».

Une dizaine d’établissements scolaires de la commune de Kaolack ont été notamment visités par le gouverneur et sa délégation constituée entre autres de l’inspectrice d’académie, Khadydiatou Diallo, du préfet de Kaolack Fodé Fall et d’autres responsables de structures administratives et techniques. La rentrée scolaire organisée lundi sur toute l’étendue du territoire sénégalais a été comme l’année précédente placée sous le slogan ‘’Ubi Tey, Jang Tey’’ (démarrer les apprentissages le jour de la rentrée) en wolof. « Partout où la communauté et les acteurs se sont investis, nous avons vu que nous étions capables de faire démarrer les apprentissages dès le jour de la rentrée des classes », a souligné l’inspectrice d’académie de Kaolack.

Khadydiatou Diallo a ainsi loué le travail des autorités administratives, techniques et de la Brigade des sapeurs-pompiers dont l’engagement a permis de rendre effectif la rentrée dans plusieurs écoles touchées par les inondations. Au total, 27 établissements scolaires publics avaient été récemment envahis par les eaux de pluie. Une grande partie de ces écoles a été libérée des eaux grâce à l’intervention des sapeurs-pompiers. « Nous allons accompagner les établissements scolaires où la rentrée n’est pas encore effective. Il s’agit avec l’ensemble de la communauté éducative d’œuvrer à résoudre le plus rapidement le problème et permettre le démarrage rapide des apprentissages », a promis l’inspectrice d’académie de Kaolack.

KAFFRINE : les collectivités locales invitées à remettre à temps les fournitures scolaires aux ayants droit

L’adjoint au préfet de Kaffrine, Mamadou Diouf, a invité, lundi, les collectivités locales dudit département, à remettre à temps les fournitures scolaires aux élèves afin d’aider “psychologiquement” leurs parents. « Nous demandons aux différentes collectivités locales, à l’avenir, de prendre les dispositions idoines, pour que les fournitures parviennent aux directeurs d’école à temps et que ces derniers puissent les distribuer aux ayants droit », a-t-il lancé.

Il s’exprimait au terme d’une tournée dans huit établissements de la commune de Kaffrine, en présence de l’IEF de Kaffrine, Doudou Fofana, du coordonateur régional de la COSYDEP, Abdoul Aziz Seck, et des élus locaux. « Quand on met en place un conseil départemental ou un conseil municipal, c’est dans le cadre de la solidarité. Et cette solidarité, nous devons la sentir tout au long du développement de l’école sénégalaise », a-t-il dit.

Selon l’IEF de Kaffrine, Doudou Fofana, certains élèves ont effectué la rentrée des classes sans fournitures scolaires. Pourtant, au niveau des comités locaux de développement (CLD) et des comités départementaux de développement (CDD), a-t-il regretté, les collectivités locales avaient pris l’engagement de mettre des fournitures scolaires à la disposition des établissements scolaires.

L’inspecteur de l’éducation et de la formation de Kaffrine, Doudou Fofana, a par ailleurs appelé les enseignants à ne pas trop exiger des familles des fournitures scolaires, et à penser à la bourse des parents. « Nous demandons aux enseignants de penser à la bourse des familles et de ne pas trop exiger de fournitures aux familles… », a-t-il indiqué.  « S’il y a une liste de 10 à 15 cahiers à acheter par enfant, la charge est lourde. Donc, il y a des éléments qu’il faut condenser », a-t-il justifié. Selon lui, si le parent, sur le plan psychologique, est suffisamment armé pour affronter la rentrée scolaire, il pourra à l’aise envoyer ses enfants à l’école. En revanche, s’il pense aux charges qui l’attendent, ça peut être un blocage. « Encore une fois, il faudra penser à la bourse des parents », a insisté l’inspecteur de l’éducation et de la formation de Kaffrine

Concernant les établissements visités, M. Fofana a déploré le fait qu’il n’y ait pas encore la dotation des collectivités locales. « Toutes les communes ont déjà octroyé des fournitures à leurs élèves, sauf la commune de Kaffrine. Nous appelons le maire de la commune de Kaffrine, à penser à donner les fournitures à temps pour aider les parents d’élèves », a pour sa part déclaré la présidente de l’association des parents d’élèves, Nana Kane Bâ.

SAINT-LOUIS : un déroulement “tout à fait acceptable” de la rentrée des classes

L’adjoint au gouverneur de la région de Saint-Louis, chargé du développement, Sahib Fall, a jugé lundi « tout à fait acceptable » l’état de salubrité des écoles de la commune, estimant qu’elles ont été bien nettoyées. La présence des enseignants et des élèves dans les salles de classe illustre de manière satisfaisante le concept « Ubi Tey, Jang Tey » lancé par le ministère de l’Education nationale, dans l’optique d’un démarrage des enseignements dès l’ouverture des classes, a-t-il souligné.

Il s’exprimait à l’issue d’une visite des établissements scolaires de la commune, à l’occasion de la rentrée scolaire 2017-2018. Successivement, il s’est rendu au lycée Ameth Fall, à l’école élémentaire Abdou Diouf, au lycée Charles de Gaulle, à l’école privée catholique Notre-Dame de Lourdes et au Cem André Guillabert.  Il a effectué sa tournée en compagnie de l’inspecteur d’académie, (IA) de la région, Boubacar Sow, de parents d’élèves et de représentants des syndicats d’enseignants.

Il a rappelé que certaines écoles ayant accueilli des sinistrés touchés par l’avancée de la mer au niveau de la langue de Barbarie, ont toutes été libérées.

Sahibe Fall a, par ailleurs, évoqué l’état de délabrement de certains bâtiments de l’île de Saint-Louis, qui compte aussi 10 établissements scolaires, assurant toutefois que l’Etat s’est résolument engagé à les réhabiliter avec l’appui de ses partenaires.

ZIGUINCHOR : rentrée “satisfaisante”, une plus grande mobilisation des écoliers souhaitée

La rentrée scolaire est « globalement satisfaisante » dans la commune de Ziguinchor où le concept “Ubi Tey, Jang Tey” s’est matérialisé dans plusieurs établissements visités lundi par les autorités administratives et académiques.

« Nous avons constaté que l’administration et le personnel enseignant sont sur place. Certains enseignants ont même commencé les cours. Le concept ‘’Ubi Tey, Jang Tey’’ relève donc du possible ici à Ziguinchor », s’est félicité l’adjoint au gouverneur en charge du développement, Latyr Ndiaye.

Il était à la tête d’une délégation composée de l’inspecteur d’académie de Ziguinchor, des inspecteurs de l’éducation et de la formation (IEF), des élus locaux, des responsables de l’Association des parents d’élèves et de plusieurs autres partenaires de l’école. Au cours de la tournée dans les établissements scolaires, les autorités ont déploré l’absence d’affluence dans les salles de classe, malgré la présence de quelques écoliers.  « La seule difficulté que nous avons notée est du côté des élèves qui ne se sont pas trop mobilisés. Quelles que soient les mesures prises par les pouvoirs publics en vue de démarrer les cours dès la rentrée, elles ne se réaliseront que si et seulement si tout monde s’y met. Que ce soient les parents d’élèves et surtout les élèves eux-mêmes (…) », a fait remarquer Latyr Ndiaye.

Aussi a-t-il demandé aux chefs d’établissements scolaires, de « prendre des mesures disciplinaires à l’encontre des élèves absents”. “Nous ne pouvons pas démarrer les enseignements si les élèves ne sont pas sur place (…) Nous lançons un appel aux parents d’élèves en leur disant qu’il faut envoyer les enfants à l’école », a insisté l’adjoint au gouverneur de Ziguinchor. « L’Etat fait beaucoup d’efforts, l’administration scolaire de même. Les enseignants ont consenti d’énormes efforts pour être sur place. Je ne peux pas comprendre pourquoi les élèves ne sont pas sur place en masse », s’est-il étonné.

« Les cours ont bel et bien démarré dans les cinq écoles préscolaires, 30 écoles élémentaires 10 collèges et 3 lycées dans chaque IEF ciblée pour cette rentrée. Nous avons donné des instructions à tous les chefs d’établissement et aux enseignants, de démarrer les cours même avec trois élèves », a rappelé de son côté l’inspecteur d’académie de Ziguinchor, Ismaïla Diouf.

DIOURBEL : « la rentrée des classes s’est déroulée dans de très bonnes conditions »

L’inspecteur d’Académie de la région de Diourbel, Gana Séne, s’est dit satisfait des dispositions prises pour démarrer les cours dès le premier jour de la rentrée scolaire. S’exprimant lors d’une visite dans les établissements scolaires de la commune à l’occasion de la rentrée des classes, il a toutefois estimé qu’il y a quelques urgences qu’il va falloir prendre en charge au fur et à mesure pour que le concept « Ubi Tey, Jang Tey » soit une réalité dans la région de Diourbel. « Nous pouvons dire que le défi « Ubi Tey, Jang Tey » est en train d’être relevé. La rentrée est effective dans 45 écoles sur 50, soit un taux de 90% », a dit M. Séne à des journalistes. Il a également indiqué qu’il y a « des établissements qui n’étaient pas dans l’échantillon mais qui ont démarré les cours par effet d’entrainement et par engagement ».

L’inspecteur d’académie a par ailleurs indiqué que le déficit de table-bancs et d’enseignants ne doit pas constituer un obstacle au démarrage des cours dès le premier jour de la rentrée scolaire. « Des solutions vont être mises en œuvre sous peu. Nous pensons que cette rentrée est en train de se dérouler dans de très bonnes conditions au niveau de la région », a ajouté Gana Sène.

RENTREE DES CLASSES A LINGUÈRE : les acteurs de l’école dans la « dynamique » du concept « ubi tey jang tey »

Le préfet de Linguère, Ahmadou Bamba Koné s’est dit satisfait de la concrétisation du concept “Ubi Tey, Jang Tey”, soutenant que « tous les acteurs se sont mis dans la dynamique » de ce vœu. Ahmadou Bamba Koné s’exprimait hier au terme d’une tournée dans des établissements scolaires en ce jour de rentrée des classes marqué par le démarrage effectif des cours à Linguère. « Je sors de cette visite avec le sentiment du devoir accompli, cela veut dire que je suis très satisfait de cette rentrée scolaire, tous les acteurs se sont mis dans la dynamique du +Ubi Tey Jang Tey+ », a dit le préfet. L’autorité administrative a en outre appelé les enseignants à maintenir le cap pour « qu’on ait des résultats meilleurs que ceux de l’année dernière ».

« Quelques élèves sont dans les classes et ils ont démarré les cours », a, pour sa part, souligné l’inspecteur de l’éducation et de la formation, Aliou Diallo qui estime que les cours vont « réellement démarrer à partir de mardi ». « Les fournitures qui ont été données pendant le week-end sont en train d’être distribuées », a-t-il ajouté, faisant remarquer que toutes les écoles du département seront visitées pour faire l’état des lieux en terme de personnel, de tables bancs, de mise en place des fournitures scolaires.

Avec Aps et le Soleil