Ophtalmologie SAFO

Le secrétaire général de la Société africaine francophone d’Ophtalmologie (SAFO), Adama Fanny a indiqué, lundi à Dakar, que sa structure envisage de former des experts en ophtalmologie en terre africaine. « Le moment est peut être venu de passer à la phase pratique. Un des objectifs prochains de notre société savante sera donc la formation des spécialistes en terre africaine », a soutenu M. Fanny. Il intervenait à la cérémonie d’ouverture du 12e Congrès de la SAFO, couplé avec le 8e congrès de la Société sénégalaise d’ophtalmologie axé sur le thème de « l’inflammation oculaire ».

Selon M. Fanny, « le challenge et l’heure de la formation des rétinologues, des strabologues, des glaucomatologues, des ophtalmo-pédiatries formés en Afrique ont sonné. « Les cours de ce nouveau programme pourront être dispensés en Afrique francophone, de même que les stages pratiques », a-t-il poursuivi, soulignant la possibilité de dérouler ces stages de surspécialités vitréorétiniennes à Abidjan et à Dakar.

« Les stages de surspécialités en strabologie pourraient par contre se faire à Yaoundé, les stages de glaucome à Lomé, les stages d’optalmo-pédiatrie à Bamako et Abidjan », a relevé Adama Fanny. Qui ajoute que le développement des surspécialités s’opéra au rythme des écoles qui établiront chacune un programme adéquat. « Voilà notre rêve, l’ophtalmologie africaine avec son destin en main », a soutenu le secrétaire général de la SAFO qui en appelle « à la motivation de tous et la détermination de chacun” pour renforcer le dynamisme de la société savante. « Notre rôle est désormais de hisser l’ophtalmologie africaine francophone au niveau des standards de référence internationale », a-t-il souligné.

Adama Fanny a en outre rappelé « aux jeunes et moins jeunes ophtalmologistes que du travail naît l’espoir, le travail anoblit ». Il les a ainsi appelé  à se battre, bec et ongles pour relever le challenge d’une ophtalmologie performante bien structurée. « C’est dans cette optique que la SAFO gagnerait à encourager la formation en surspécialités ici en Afrique », a-t-il fait savoir.

Avec APS

RÉAGIR À CET ARTICLE

Please enter your comment!
Please enter your name here