Francophonie

La première maison des jeunes et de la Francophonie du Sénégal d’un coût global de 100 millions FCFA a été inaugurée, samedi, par la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Michaëlle Jean. 

La commune de Ngoudiane a bénéficié de la première maison des jeunes de la francophonie du Sénégal, inaugurée samedi dernier par la secrétaire générale de l’organisation internationale de la francophonie en compagnie d’Aly Ngouye Ndiaye, ministre de l’intérieur et maire de la commune. « Ce projet a coûté environ 100 millions de FCFA dont 80% financé par le Conseil municipal de Ngoundiane pour la réalisation des gros-œuvres et de l’équipement en mobiliers », a soutenu le maire de Ngoundiane, Mbaye Dionne en marge de la cérémonie d’inauguration. « Bien avant que nous n’initions la construction de cette bâtisse, la Francophonie nous a doté d’un lot important de mobiliers de bureau, de matériels audiovisuels, de matériels de sonorisation et d’ouvrages », a-t-il ajouté.

« Ce projet que nous avons réalisé est la résultante de deux ambitions. L’ambition du conseil municipal de Ngoundiane qui a une vision futuriste pour le développement et l’ambition des autorités de l’OIF qui ont pensé que la francophonie doit dépasser l’élite intellectuelle et descendre au niveau de la base », a relevé M. Dionne. « La synthèse de ces deux projets a donné naissance à la construction de la maison des jeunes et de la francophonie », a ajouté le maire de la commune de Ngoundiane, estimant que « c’est une première qui vient 48h après l’inauguration de l’Institut de la Francophonie pour l’éducation et la formation (IFEF) ».

Le lot de matériels que l’OIF a mis dans cette maison va permettre d’en faire « un centre moderne » qui va « renforcer l’éducation et la qualité des enseignements mais aussi pour promouvoir la culture qui est la base de tout développement », a-t-il souligné.

Pour sa part, la secrétaire générale de l’OIF, Michaëlle Jean a salué l’engagement de la communauté autour de ce projet. « La belle richesse d’un pays passe par les populations », a-t-elle souligné, appelant à vivre « la francophonie des peuples en venant à la rencontre des citoyens et des citoyennes ». « La francophonie des solutions passe par (…) des jeunes vaillants, ingénieux, imaginatifs, volontaires, bâtisseurs », a fait remarquer Michaëlle Jean. Cette maison est « un espace intergénérationnel », a indiqué la secrétaire générale de l’OIF qui invite à « multiplier et créer de telles structures qui renforcent la cohésion sociale »