retour des sénégalais diplômés de l étranger/Étudier à l’étranger pour trouver du travail

Curiosité, confiance en soi, travail en équipe… Faire des études à l’étranger développe les compétences humaines les plus recherchées par les employeurs, selon une étude menée auprès de 4500 Américains.

Étudier à l’étranger est, plus que jamais, un passeport pour l’emploi. C’est ce que confirme une étude* de l’Institute of International Education (IIE), un organisme américain chargé de promouvoir les programmes d’échange universitaires, auprès de 4565 Américains ayant étudié à l’étranger. Et 63 % des répondants partis au moins une année estiment que leur expérience à l’étranger les a aidés à trouver un emploi. Un taux qui tombe à 43 % chez ceux partis moins de huit semaines. Curiosité, confiance en soi, travail en équipe… Une expérience à l’étranger consolide les soft skills (compétences humaines et relationnelles) les plus recherchées au XXIe siècle, selon le rapport.

Trois quarts des répondants estiment avoir «significativement» développé leur flexibilité/adaptabilité, leur curiosité, leur confiance en soi et leur connaissance de soi. En revanche, très peu de répondants (15 %) estiment avoir amélioré leurs compétences techniques.

Des compétences à valoriser lors des entretiens d’embauche

Ce sentiment varie en fonction des études suivies. Les étudiants en langues vivantes, en droit, en business/management et en éducation sont plus nombreux à considérer que les études à l’étranger ont contribué à leur insertion professionnelle. À l’inverse, la majorité des étudiants en physique et en arts minimise l’impact de cette expérience.

78 % des répondants indiquent avoir discuté de leurs études à l’étranger lors de leurs entretiens d’embauche. Néanmoins, «les employeurs ne posent pas systématiquement de questions sur l’expérience à l’étranger», remarque l’étude. Lorsque les candidats évoquent leur expérience, c’est avant tout pour mettre en avant les compétences qu’ils ont acquises et justifier leurs choix de carrière.

* Enquête menée par téléphone en juillet et août 2017 auprès de 4565 Américains ayant étudié à l’étranger entre l’automne 1999 et le printemps 2017. 79 % des répondants sont des femmes. 64 % des répondants ont étudié en Europe et 12 % en Amérique latine ou dans les Caraïbes.