Enseignement supérieur
Dans les universités sénégalaises, les Masters seront bientôt enseignés en français et en anglais. Le  ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Mary Teuw Niane, a réaffirmé cette volonté d’ouverture lors du lancement du Programme de partage de connaissances Ksp de la République de Corée avec quelques pays africains.

Une ouverture de l’enseignement supérieur vers plus d’apprentissages en anglais. Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Mary Teuw Niane, a réaffirmé cette orientation, le 13 octobre, lors d’une rencontre de lancement du Programme Ksp (Knowledge sharing program) ou Programme de partage de connaissances. Il s’agit d’un projet de coopération de développement à fort contenu de connaissances permettant de contribuer  au progrès socio-économique des pays partenaires, selon le document de présentation.

Mis en place par la République de Corée, ce projet concerne le Sénégal, l’Ethiopie et le Rwanda. Selon le Pr Mary Teuw Niane, le fait que le Sénégal et la Corée ne partagent pas la même langue officielle ne sera pas un obstacle. « La Corée a comme langue officielle l’anglais et le Sénégal le français. Ce ne se sera pas un obstacle, mais un enrichissement. L’anglais est une langue enseignée depuis la sixième dans notre pays. Donc, le Sénégalais titulaire du baccalauréat a fait sept années d’études en anglais », a-t-il expliqué. Ainsi, suite au Conseil présidentiel sur les décisions relatives à l’enseignement supérieur, l’ouverture des enseignements vers l’anglais avait été annoncée. Ces mesures vont bientôt être mises en œuvre, a informé le ministre de l’Enseignement supérieur. « Nous voulons que tout étudiant sénégalais, à la fin de sa Licence, puisse suivre en Master indifféremment des cours en anglais et en français. C’est un programme que nous sommes en train de mettre en œuvre avec l’ambassade de Grande-Bretagne à travers les centres spécialisés. La volonté est là. En Master, l’essentiel de nos enseignants parle anglais, les étudiants aussi », a-t-il renchéri. Le Programme Ksp va se baser sur les connaissances et l’expérience du développement de la Corée. Il étudie les politiques, leur offre des conseils personnalisés et les aide à développer leurs capacités, en considération de leur demande et de leurs circonstances. « Le Ksp ne se limite pas à transférer le savoir et l’expérience de la Corée, mais accorde de l’importance à renforcer les capacités des pays partenaires. En vue de la croissance durable, le programme essaie de promouvoir la prise de conscience, ce, en tant qu’acteur principal des pays partenaires, et de leur préparer une base solide, de sorte qu’ils réalisent, eux-mêmes, le progrès économique à moyen et long termes », note le document de présentation.

RÉAGIR À CET ARTICLE

Please enter your comment!
Please enter your name here