détecteur de cannabis

Alors que la loi sur sa consommation va se durcir dès cet été, trois étudiants en ingénierie au Canada ont mis au point un boîtier capable de détecter la principale molécule présente dans le cannabis.

Ils risquent de ne pas être adorés par tous leurs camarades de l’université. Bryce Stewart, Robert Smith et Mason Boerthen, trois étudiants en quatrième année de l’université de l’Ile-du-Prince-Édouard au Canada, viennent de mettre au point un petit boîtier permettant de détecter la principale molécule présente dans le cannabis. En moins d’une minute, leur engin pourra donc donner un verdict clair, dans un pays où la législation sur le cannabis va se durcir dès cet été.

Ils ont travaillé pendant deux mois pour mettre en place le système électrique, la programmation ou l’assemblage de leur prototype. Tous trois âgés de 22 ans, les étudiants en quatrième année d’ingénierie, aidés par leurs professeurs, ont finalement pu construire un cube noir, plus petit qu’une boîte de chaussure, qui permettra de dire si oui ou non, une personne a consommé de la marijuana. En déposant simplement un échantillon de salive collecté sur un morceau de coton, l’engin peut détecter une consommation illicite très rapidement. «L’appareil donne sa réponse en 20 à 30 secondes», confirme Bryce Stewart au site radio-canada.

Le jeune homme s’est d’ailleurs félicité de son invention auprès du média canadien, jugeant qu’il était «important de prendre rapidement des mesures de précaution et de sécurité en vue de la prochaine législation.»

Le boîtier est déjà au point

Cette législation, justement, ne va pas tarder à arriver. Sur l’île-du-Prince-Edouard, située à quelques encablures au nord est des États-Unis, la loi votée au Canada visant les consommateurs de cannabis entrera effectivement en vigueur en juillet prochain. Celle-ci interdit la consommation de marijuana récréative en dehors de la sphère privée, mais les forces de police elles-mêmes n’ont pas été fournies en matériel pour contrôler la population. Une situation qui provoque d’ailleurs des émois sur l’île puisque précisément, dans les logements privés, ce sont les propriétaires qui décident pour les locataires s’ils sont autorisés à fumer chez eux ou non (même pour la cigarette). Ils pourraient donc être maintenant capables de forcer leurs locataires à ne plus fumer du tout de cannabis.

Le boîtier des trois jeunes étudiants est déjà au point et devrait être mis en place au moment de la nouvelle législation, l’été prochain. Entre-temps, ils cherchent déjà les améliorations possibles sur leur projet, et même sur les conditions de commercialisation de celui-ci. Quoiqu’il arrive, Bryce, Robert et Mason ont pour l’instant décidé de se concentrer sur leurs études. Et de son côté, le chef de la police de la ville de Charlottetown a par ailleurs déclaré qu’il attendait avec impatience les directives fédérales et provinciales sur la question des contrôles routiers.

RÉAGIR À CET ARTICLE

Please enter your comment!
Please enter your name here

deux + 5 =