Débats du Monde Afrique ont été officiellement lancés

Après les deux premières éditions à Abidjan et Paris en 2014 et 2015, les « Débats du Monde Afrique » ont été officiellement lancés ce jeudi 27 octobre à Dakar par le Premier ministre du Sénégal, M. Mahammed Boun Abdallah Dione. Le Grand théâtre national a accueilli la cérémonie d’ouverture entamée aux environs de 9 heures sous la présence du Pr Mary Teuw Niane, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, de M. Jérôme Fenoglio, directeur du Monde, de M. Serge Michel, rédacteur en chef, le Monde Afrique, d’éminents universitaires, des acteurs économiques africains et européens et des étudiants et élèves venus en masse.

La rédaction du journal le Monde, initiatrice des « Débats du Monde Afrique », a décidé d’aborder pendant deux jours les grandes problématiques de l’enseignement supérieur avec les intellectuels qui font bouger l’Afrique à l’image de Souleymane Bachir, Achille Mbembé autour du thème « Le défi de la formation supérieure en Afrique de l’Ouest : informer, orienter, inspirer ».

Former pour répondre aux défis économiques du continent

Au regard du phénomène du  chômage des diplômés de l’enseignement supérieur en Afrique de manière générale, la question de l’orientation et des contenus de la formation supérieure doit interpeller non seulement les autorités académiques mais aussi les pouvoirs publics, les intellectuelles de tous bords et les acteurs économiques. 300 millions de jeunes africains vont arriver sur le marché de l’emploi en 2030. Cet état de fait est plus qu’alarmant quand on sait comme l’a fait remarquer le directeur du Monde en prenant la parole qu’en dépit des investissements importants dans le secteur de l’éducation « en Afrique, les diplômés de l’enseignement supérieur sont deux à trois fois plus exposés au chômage que les jeunes n’ayant pas poursuivi leur scolarité au-delà de la primaire ».

Le chômage des diplômés de l’enseignement supérieur a lieu dans un contexte où les entreprises sur le continent expriment un besoin en personnel qualifié. C’est la raison qui a poussé la rédaction du Monde à organiser des débats publics « pragmatiques et concrets » avec les meilleurs spécialistes issus du Sénégal, de l’Afrique et du monde pour faire un « diagnostic et trouver des solutions » à ce problème. Le thème de l’éducation constitue selon M. Fenoglio une priorité pour le Monde qui au sein de sa rédaction lui consacre un service entier et a même lancé il y a 2 ans une chaine web dédiée à ce secteur dénommée Campus. Terminant son allocution, le directeur du Monde à saleur le leadership du Sénégal en matière d’enseignement supérieur en Afrique de l’Ouest.

Ayant présidé la cérémonie, le Premier ministre du Sénégal, M. Mahammed Boun Abdallah Dione a dans son discours magnifié l’initiative du Monde qui a mis en place un cadre pour discuter de l’éducation et de la formation les leviers indéniables du développement de l’Afrique. Selon le premier ministre, le secteur de l’éducation reste confronter à plusieurs défis parmi lesquels celui des formations répondant aux besoins du marché de l’emploi « les défis de l’enseignement supérieur en Afrique sont multiples et multiformes mais sans nul doute un des défis les plus pertinents aujourd’hui est d’assurer l’adéquation entre la formation et les besoins de l’économie ». Il a appelé les différents participants à réfléchir au développement des formations dans le domaine des TIC au sein des universités africaines compte tenu du fort potentiel du secteur à générer de l’emploi.

Les « Débats du Monde Afrique » constituent l’occasion pour les différents acteurs qui gravitent autour de l’enseignement supérieur de débattre pendant deux jours sur l’état mais surtout les perspectives qui s’offrent à la formation supérieure sur le continent afin de répondre idéalement à la soif de réussite et d’innovation de la jeunesse africaine.

Cliquez pour voir le Programme