Conditions pour réussir sa prise de parole en public

S’exprimer convenablement devant un auditoire est une tâche difficile à réaliser. D’aucuns se confrontent à une peur pathologique de se mettre devant une assemblée. Les débuts d’une prise de parole en public sont, certes, compliqués et pas facile à surmonter  notamment lorsque la personne passe complètement à coté lors de son premier discours. Rencontré lors d’un séminaire organisé par l’Agence Universitaire de la Francophonie et le Cabinet Groupe Précision, le professeur d’art oratoire, Allaïssem Miangar revient, dans cet entretien qu’il a accordé au Journal Universitaire, sur entres autres, les conditions à prendre à compte pour réussir sa prise de parole en public. Et ceci à travers la métaphore de la vieille dame et le jeune crayon.

Métaphore de l’histoire d’une vieille dame et d’un jeune crayon

Le professeur d’art oratoire par ailleurs fondateur du Podium de l’Art Oratoire de Dakar et du cabinet Africa Media Traning, accompagne les hommes politiques, les leaders, les chefs d’entreprises, les étudiants, etc. dans la prise de parole en public. Pour la réussite de cette dernière, M. Miangar a utilisé la métaphore de l’histoire du jeune crayon avec la vieille dame.

Un jour, un crayon est venu voir une vieille dame pour lui dire « j’ai tout essayé dans ma vie et je n’ai pas réussi. Dis-moi quels sont les secrets, les conditions qu’il faut pour réussir. Et la dame de répondre si vraiment tu veux réussir ta vie de crayon, tu as six conditions principales à appliquer.

  • Le crayon doit être dans l’action puisque sans action on ne peut rien faire
  • Le crayon doit accepter d’être tenu par la main d’une autre personne parce qu’un crayon que l’on laisse seul sur la table ne peut rien faire.
  • Le crayon quand il écrit ou dessine, la mine va s’effriter donc il faut la tailler à tout temps.
  • A chaque fois que tu fais des erreurs en écrivant ou en dessinant, utilise la gomme pour rectifier et continuer à bien écrire ou bien dessiner.
  • Le crayon à deux parties, celle en bois qui est externe et la partie en mine qui est la plus essentielle.
  • Peu importe le support, que ce soit sur une table, sur une feuille, sur un mur, etc. le crayon doit toujours écrire.

Utilisation de cette métaphore pour l’appliquer à l’art oratoire

M. Miangar, fait usage de cette métaphore pour l’appliquer à l’art oratoire. En ce sens, il explique que la personne doit prendre en compte ces six conditions de la vieille dame au jeune crayon pour devenir un grand orateur.

  • L’orateur doit toujours être dans l’action (surmonter sa peur et accepter de se tenir devant une assemblée) puisque sans action il n’y a pas de résultats ;
  • L’orateur doit accepter d’être accompagné par une autre personne (même les plus grands orateurs ont des coaches) ;
  • Quand l’orateur est dans la pratique, il va faire des erreurs et c’est important puisqu’il va apprendre de celles-ci pour devenir un grand orateur ;
  • L’orateur doit toujours positiver les critiques, les remarques de l’extérieur ;
  • L’objectif de l’orateur c’est de faire passer son message, de défendre ses idées et c’est la chose la plus importante de son discours ;
  • L’orateur ne doit pas attendre une occasion spécifique pour s’exprimer. Que ce soit un baptême, un mariage, etc. il doit toujours parler.

Cette histoire de la vieille dame avec le jeune crayon inspirerait bien les amoureux de cet exercice de prise de parole en public. Tous les grands orateurs à l’image de Barack Obama, Martin Luther King, Nelson Mandela, Thomas Sankara, etc. on peut être fait usage des recommandations de la vieille dame au jeune crayon.

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.